Vascularites

Une vascularite, c'est quoi ?

C'est une inflammation des vaisseaux sanguins (les vaisseau atteints dépendent de la vascularite).

Deux grands groupes sont connus :

- les vascularites primitives, le plus souvent auto-immunes, ce sont celles qui seront le plus développées dans cette page. Elle sont rares, mais lisez bien. Notamment le témoignage associé (extrait vidéo). C'est un élément de plus pour confirmer l'intérêt de tenter le régime dit Seignalet Alimentations qui marchent pour les maladies auto-immunes ;

- les vascularites secondaires à une maladie : par exemple diabètes, virus des hépatites B et C, etc.Beaucoup plus rarement, elle peut être secondaire à des médicaments. Par exemple : http://www.em-consulte.com/article/930408/article/vascularite-cutanee-induite-par-la-levofloxacine-c

Pour une définition plus complète des vascularites : http://asso.orpha.net/CRMRNERF/__PP__8.html

Pour les vascularites secondaires, les traitements des maladies associées sont la meilleure approche. Voir les autres pages de ce site pour ce qui fonctionne dans les cas de diabète de type 2.

Le traitement des vascularites primitives comporte de fortes doses de corticoïdes. Cela diminue l'inflammation, sauve des vies, mais entraîne des effets secondaires, parmi lesquels le diabète, l'ostéoporose, parfois un déficit immunitaire.

Traitements des vascularites

Parmi les vascularites souvent primitives, les atteintes des vaisseaux sanguins varient :

  • aorte et racine des artères pour l'artérite de Takayasu ;
  • parois des artères de moyen et petit calibre pour la périartérite noueuse (PAN), y compris vasa nervorum (petits vaisseaux d'irrigation des nerfs) ;
  • artère temporale pour la maladie de Horton ;
  • petites artères et veines pour la granulomatose de Wegener. 

 

Les conséquences sont diverses selon les maladies, avec fréquemment une inflammation, et un épaississement, des parois des vaisseaux sanguins concernés.


Parmi les hypothèses, deux sont plus probantes :
- soit maladie auto immune ;
- soit l'origine infectieuse dans certains cas, et en faible proportion (bacille de koch pour la maladie de Takayasu, quelquefois virus de l'hépatite B pour la Périartérite noueuse, Chlamydia pneumonae pour la maladie de Horton, staphylocoque doré pour la granulomatose de Wegener).

Les corticoïdes, malgré leurs effets secondaires, sauvent des vies. Ou la vue pour la maladie de Horton (risques de cécité). Pour les spécialistes, une revue de la littérature scientifique disponible jusqu'aux années 2000 avait été faite par le Dr Seignalet, notamment sur les causes possibles et les mécanismes de ces pathologies.

En complément aux traitements existants, à ce jour, et à partir de ces hypothèses, une seule action de fond permet de diminuer le nombre de peptides bactériens antigéniques dans le sang, et de diminuer l'action des lymphocytes ainsi que des différents mécanismes de l'inflammation : un changement alimentaire drastique.

Ca a été essayé, pour cette famille de maladie, chez un patient atteint de périartérite noueuse, trois atteints de la maladie de Horton, et un atteint de la maladie de Wegener.

L'évolution a été spectaculaire pour la périartérite en 3 mois. L'évolution a été positive pour la maladie de Horton. La posologie a été revue à la baisse pour les corticoïdes, ou arrêt possible dans un cas (Seignalet, 2003).

A ma connaissance, il n'y a pas eu d'essai pour la maladie de Takayasu.

En raison de la dangerosité potentielle de celle maladie, et de l'absence d'étude scientifique à grande échelle à ce jour, une seule solution, encore plus en période de crise : essayer ce changement alimentaire pendant suffisamment longtemps.

L'alimentation en question, c'est arrêter les produits laitiers sous toutes leurs formes, toutes les céréales à gluten ou assimilé (Blé, avoine, seigle, épeautre, orge, kamut, ..) ainsi que le maïs, et limiter les températures de cuisson de tous les aliments, surtout les protéines. Cela permet d'une part de limiter la perméabilité intestinale, et donc le flux de peptides bactériens dans le sang, et de diminuer les bactéries pathogènes.

La corticothérapie, couplée à l'arrêt des produits laitiers peut inquiéter le médecin par rapport aux risques de manque calcium, et d'aggravtion de l'ostéoporose. Mais bien au contraire, la diminution de l'atteinte permettra au médecin de diminuer la corticothérapie, et donc de limiter les risques d'ostéoporose, les produits laitiers jouent un rôle nul dans ce cas.

Si vous avez un doute, essayez, au moins pendant plusieurs mois.

Les progrès spectaculaires de la connaissance en immunologie font espérer à la plupart des chercheurs la trouvaille d'une molécule "miracle", de type anticorps monoclonaux, ou autre, pour stopper ce type d'inflammation (si un nouveau médicament était trouvé, cela prendrait encore de nombreuses années avant qu'il ne soit sur le marché), et la recherche sur l'alimentation est laissée de côté, ignorée, par déficit de formation sur ces sujets, et par déficit d'une vision globale du système immunitaire et inflammatoire. C'est pourtant à ce jour la possibilité la plus nette de soulager les vascularites à court comme à très long terme, en traitant les causes, et pas seulement les symptômes (l'inflammation).

Essayez, en tenant au courant votre médecin, et en demandant à votre entourage de vous aider si besoin.

Mais je répète, tant que les atteintes aux vaisseaux n'ont pas diminué, les traitements donnés, corticothérapie, etc. restent indispensables.

 

Je détaille un peu plus la granulomatose de Wegener, parce que l'on dispose de données précises et d'un suivi à très long terme sur un patient. 

Dans la vidéo en lien ci-dessous, ont voit à 1mn 59s, Jean Pierre, le violoniste dans le reportage. Atteint d'une granulomatose de wegener, maladie potentiellement très grave, qui a une composante forte de type vascularite : petites artères et veines. : 
Ce témoignage est très parlant, son parcours est détaillé dans l'ouvrage cité, paru dans les années 2000 (page 309, "M. P. âgé de 53 ans (...) possède aussi un excellent talent de violoniste. Il vient me consulter en août 1999 pour une GW particulièrement sévère". Sont décrits ensuite la gravité de son état, avec beaucoup de détail, et les améliorations rapides et nettes liées au changement alimentaire.
Presque 15 ans plus tard, ce Monsieur témoigne très facilement devant la caméra du changement rapide, de la rémission de sa maladie, rémission qui dure jusqu'à aujourd'hui.

Ce type de suivi, avec un parcours assez détaillé sur 15 ans, est très rare, d'autant plus pour une pathologie de ce type, avec un parcours de rémission clairement décrit, y compris la méthode qui permet d'y arriver. Si vous, ou l'un de vos proche, êtes concernés, nhésitez pas à montrer aux médecins qui vous suivent la page concernée du livre du Dr Seignalet (à lire en détail), ainsi que le témoignage vidéo environ 15 ans plus tard.

PS : dans la vidéo, le Dr interrogé à la fin se montre très critique contre la méthode, mais mélange malheureusement des approches totalement différentes. A ne pas trop prendre au sérieux.

 

Témoignage pour une granulomatose de wegener (1mn59s)

Behcet et Churg-Strauss

Enfin, d'autres types de maladies rares, parfois très complexes à reconnaître y compris pour des spécialistes, ont une composante forte de type vascularite :

  1. Maladie de Behcet  : maladies avec de nombreuses variantes, qui présente souvent des aphtes volumineux et récurrents, et une inflammation oculaire potentiellement dangereuse, diverses manifestations cutanées, et des atteintes internes variables ;
  2. Maladie de Churg-Strauss : maladie qui se caractérise le plus souvent par un asthme souvent précoce, des lésions pulmonaires, et des particularités en termes d'analyses biologiques.

 

1. La maladie de Behcet présente à la fois des caractéristiques de maladie auto-immune, et d'autres caractéristiques, notamment les aphtes. Le Dr Seignalet a traité 12 patients : une amélioration partielle, et 11 améliorations très nettes à totale (quasi-disparition de tous les symptômes). Je ne sais pas si d'autres patients atteints de Behcet ont essayé depuis cette méthode, toutefois le succès dans les autres vascularites, et ces succès impressionnants indiquent que la méthode est à essayer de façon systématique chez les personnes dès qu'elles sont diagnostiquées - le diagnostic pouvant être assez long.

 

2. La maladie de Churg-Strauss se distingue des autres par les atteintes pulmonaires. Le Dr Seignalet indiquait que sa méthode ne marche pas dans ce cas précis (contrairement aux asthmes en général). Les lésions pulmonaires font penser à une fragilité particulière de la muqueuse pulmonaire, et à une sensibilité très forte liée aux pollutions, à des expositions fortes à des poussières, etc.

Les solutions envisageables pour les personnes atteintes, en complément à leur traitement :

diminuer tout ce qui peut induire une fragilité pulmonaire particulière, en particulier la prise d'anti-cholestérols ! Cet effet paraît rare, mais a été signalé il y a longtemps : http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/medeff/bulletin/carn-bcei_v20n4-fra.php#fnb14

Eviter tant que possible les expositions à des pollutions, ou s'en éloigner ponctuellement : par exemple vacances en zones de moyenne montagne. cette méthode simple a obtenu de très bons effets pour une patiente du dr Seignalet.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 15/05/2015