Parkinson et Alzheimer en rémission : précisions

La maladie de Parkinson est très angoissante pour le patient et son entourage.

Heureusement les cas de rémission sont de plus en plus nombreux.

 

Rappel sur les rémissions connues de maladies de Parkinson et d'Alzheimer

Pour mémoire la maladie de Parkinson serait d'abord et avant tout une maladie du mode de vie, tout comme la maladie d'Alzheimer. Des patients ont stoppé ou renversé l'évolution de ces maladies en jouant sur ces paramètres.

Changement de mode de vie efficaces pour Parkinson et Alzheimer

Les changements de mode de vie décrits ont donc une valeur curative, vérifiée à plusieurs reprises. J'ai déjà cité plusieurs de ces histoires.

Alzheimer, parkinson, ... aussi !

Ce qui a été confirmé plus tard par ce témoignage détaillé

Parkinson : superbe témoignage

Pour ce dernier témoignage, le changement alimentaire, ici le régime Seignalet, paraît central. D'autres actions ont été entreprises par le patient, par exemple sur l'activité physique. C'est cet élément qui est détaillé plus bas.

 

Rôle néfaste de la diminution du cholestérol pour les cellules du cerveau

Parmi les éléments favorisant, la baisse du cholestérol peut augmenter - tripler - le risque de devenir parkinsonien.

Précisions sur la maladie de Parkinson

Depuis des années les multiples effets secondaires des médicaments anti cholestérol sont dénoncés par plusieurs auteurs, le plus scientifique et expérimenté sur le sujet étant le Dr de Lorgeril. J'avais cité quelques uns de ces effets ici : Statines = diabètes ou là : Anticholestérols : nouvelles horreurs

Malheureusement une partie du monde médical ne dispose pas d'une vision complète sur ce sujet malgré un accès facilité aux études cliniques. Le médecin et chercheur Michel de Lorgeril vient de co-publier un article qui reprend l'ensemble des études disponibles. L'article est publié dans une des revues médicales de référence.

Conclusion : baisser le cholestérol LDL ne sert strictement à rien et ne sauve personne. Quelque soit l'historique médical du patient.

Un des auteurs cite et commente cet article ici : https://michel.delorgeril.info/anticholesterol-injectable/statines-mortalite-et-risque-cardiovasculaire/

Sans compter que ça déclenche de nombreux effets secondaires parfois graves, parmi lesquels l'augmentation réelle de devenir parkinsonien.

N'hésitez pas à en parler à votre médecin et lui demander de mettre à jour ses connaissances et de revoir votre traitement, c'est de votre santé et de vos capacités physiques et mentales qu'il s'agit.

 

Activité physique pour Parkinson et Alzheimer

Un ouvrage vient de paraître où l'auteur détaille dans un chapitre un des aspects du changement de mode de vie des patients parkinsoniens : l'activité physique.

Le livre est : "Guérir grâce à la neuroplasticité - Norman Dodge - éditions pocket", référencé par exemple ici : https://www.decitre.fr/livres/guerir-grace-a-la-neuroplasticite-9782266277068.html

Dans un des chapitres il décrit longuement l'évolution très favorable de l'état de patients et les données scientifiques existantes dans ce domaine. Il est préférable de se procurer le livre qui contient beaucoup d'informations.

 

Quelques grandes lignes peuvent en être tirées :

 

  • la maladie de Parkinson affecte surtout les mouvements "automatisés", devenus inconscients. Un effort de changement du geste, par exemple changer la trajectoire d'un verre qu'on porte à sa bouche rend le mouvement conscient et beaucoup moins sensible aux tremblements et aux différentes erreurs gestuelles typiques de la maladie de Parkinson. Le cas le plus détaillé est celui de la marche. Modifier consciemment la marche améliore largement les capacités à se déplacer voire à randonner ;

 

  • l'activité physique présente une action favorable pour contrer l'évolution de la maladie de Parkinson, et aussi de la maladie d'Alzheimer. L'activité aérobie, notamment la marche, paraît être la plus favorable ;

 

  • une des grandes difficultés des patients atteints de Parkinson est d'initier le mouvement. Le premier pas est très difficile à faire. L'aide extérieure pourrait se recentrer sur cet aspect là. D'autres stratégies sont citées dans l'ouvrage, à parcourir ;

 

  • les méthodes décrites consistent en une sorte de ré-apprentissage. Cela est beaucoup plus efficace quand c'est démarré de façon très progressive ;

 

  • parmi les changements biologiques l'activité physique augmente la sécrétion d'un facteur de croissance qui lui même permet de restaurer la couche grasse autour des cellules du cerveau (observation in vitro). Sous réserve de vérifications, cette normalisation de la cellule par restauration de la membrane cellulaire semble confirmer en creux le rôle néfaste de toute diminution du cholestérol. Le cholestérol est un des "piliers" autour duquel s'organise la membrane cellulaire. Le diminuer déstructure les cellules du cerveau ;

 

  • l'auteur détaille le parcours d'un patient atteint de Parkinson et qui a modifié la maladie grâce aux types de changements décrits ci-dessus dans l'activité physique. Ce patient a créé son propre site en anglais : http://www.reverseparkinsons.net/

 

Cette stratégie de reprise en main consciente et adaptée de l'activité physique a eu de multiples avantages pour ce patient, qui ne présente quasiment plus aucun symptôme de la maladie de Parkinson. L'auteur du livre décrit tout de même des réapparitions de signes de maladies de Parkinson quand ce patient "oublie" de penser ses gestes de façon consciente.

 

Conclusion pour les maladies de Parkinson et d'Alzheimer

L'ouvrage confirme encore une fois la nécessité et les bienfaits d'une activité physique régulière.

Les autres méthodes citées dans les liens ci-dessus, surtout alimentaires, avec l'alimentation méditerranéenne pour son aspect préventif très net, ou l'alimentation Seignalet pour son aspect curatif reproduits à plusieurs reprises semblent renormaliser le fonctionnement des cellules restantes. Elles diminuent donc l'ensemble des dysfonctionnements dans le cerveau. Ces changements sont de préférence à mettre en oeuvre le plus tôt possible. Les autres causes environnementales, surtout les pesticides sont également citées dans les liens donnés.

La gestion médicamenteuse est un autre aspect important, que ce soit pour les anti-cholestérols à rediscuter dès que possible avec votre médecin pour les stopper, ou pour les médicaments usuellement prescrits pour la maladie de Parkinson cf : Parkinson : superbe témoignage ou pour la maladie d'Alzheimer cf : Alzheimer, parkinson, ... aussi !

 

Bien sûr beaucoup de paramètres rentrent en ligne de compte et on ne peut garantir un résultat à 100 %. Toutefois l'ensemble des méthodes décrites qui tiennent en majorité à des changements des modes de vie : changements alimentaires, changement de façon de faire de l'activité physique et révision des traitements médicamenteux à la baisse permettent dans un grand nombre de cas des résultats significatifs.

Soutenir une démarche efficace avec des années d'avance

Les sites, livres et témoignages mentionnés confirment ce que j'écris ou répercute depuis des années : l'importance cruciale du mode de vie pour prévenir des maladies mais aussi pour mettre des maladies en rémission longue. Y compris pour des maladies pourtant considérées comme incurables.

Les données scientifiques les plus récentes confirment aussi le méfait et l'inutilité totale que je dénonce ici et ailleurs depuis des années et des années des traitements anti-cholestérols. Pour mémoire j'ai refusé l'idée d'un tel traitement à la fin des années 90, et les premiers textes critiques que je connais sont parus au milieu des années 2000.

La plupart des sites, rares, qui abordent les mêmes sujets sont spécialisés sur un ou deux aspects. Vous avez ici un site avec un bouquet de solutions qui fonctionnent juste en modificant son mode de vie.

Merci de soutenir ce type de démarche de diffusion d'une information qui permet de gagner beaucoup de temps sur la maladie. Vous pouvez citer ce billet et contribuer financièrement avec le montant que vous choisirez.

 

 

Ajouter un commentaire