Du cartilage qui revient? Des migraines qui s'en vont, et autres confirmations

Comme la plupart d'entre vous j'imagine, j'espère que cette nouvelle décennie verra les solutions efficaces pour notre santé s'épanouir dans la société, dans les cabinets médicaux, et partout où c'est possible.

Ca tombe bien, souvent très efficaces existent déjà. Elles ne demandent qu'à être essayées. Elles sont intéressantes à elles toutes seules. Ces solutions confirment aussi des données plus anciennes, même si elles sont mal comprises et mal prises en compte par une partie de la communauté médicale. Pas par toute la communauté médicale heureusement, comme vous le verrez plus loin.

Voici plusieurs exemples.

Le cartilage qui repousse ?

Je remercie vivement José du temps qu'il a pris pour discuter avec moi, malgré toutes ses activités. Je l'avais sollicité car son histoire est, médicalement, hors du commun. Toutes les personnes qui connaissent bien l'alimentation Seignalet devraient s'y intéresser aussi, car c'est peut être une nouveauté, un cas de réussite de sa méthode que le Dr Seignalet n'avait pas prévu, ou pas à ce point.

Blessé grièvement au genou (rupture net des ligaments croisés, atteinte de la capsule osseuse) lors d'un match alors qu'il avait 23 ans, José a sacrément dégusté. Il a été opéré : la reconstruction a été en partie réalisée avec des tissus prélevés ailleurs dans le corps, et une partie avec des fibres de carbone pour les tendons.

Le temps a passé. Il pratiquait encore du sport, moins que dans la vingtaine, et avec des douleurs régulières.

Puis vers 40 ans, ses douleurs ont empiré. Au point de rendre impossible la pratique d'une activité physique. Son genou ressemblait à ce moment à celui d'une personne atteinte de polyarthrite, douleurs comprises. Le médecin consulté à l'occasion était étonné : selon lui les éléments en carbone dans son genou auraient dû être changés depuis longtemps. Selon ce médecin les douleurs très vives étaient dues au contact os contre os : une fois les structures de remplacement atteintes, le genou n'était plus bien tenu et le cartilage aurait disparu en raison des frottements importants. La douleur insupportable pour José, est arrivée à ce moment là, quand le cartilage ne protégeait plus les têtes osseuses. C'est donc un mécanisme équivalent à celui de l'arthrose, ici clairement provoqué par un accident, par l'opération et aussi par le mauvais suivi post-opératoire, José n'ayant pas été informé par le chirurgien qu'il en fallait un.

Le nouveau médecin a donc conseillé une opération pour rafistoler tout ça, ce qui aurait dû être fait, selon ses dires, depuis bien longtemps.

Dans le même laps de temps, José a entendu parler de l'alimentation sans gluten. Il s'y est intéressé à nouveau car enfant, il avait eu une période "sans farine blanche" qui lui avait permis de se sortir d'une anémie prononcée. Il avait ensuite remangé comme tout le monde.

Après quelques recherches José a tenté une alimentation sans gluten et sans produits laitiers. Après 3 et 6 mois de pratique de cette alimentation, ses douleurs ont totalement disparu. Son genou est redevenu fonctionnel, il a pu re-pratiquer du sport. Sans aucune opération du genou. Il en a été tellement impressionné que maintenant il prépare, avec talent, des pâtisseries sans gluten et produits laitiers. C'est comme ça que j'ai fait sa connaissance, sur un marché à Tarbes. Où ses pâtisseries, dont ses calissons (souvent mes préférés parmi tout ce qu'il prépare), partent souvent trop vite avant que j'arrive. Mais ce n'est pas l'essentiel. L'essentiel c'est que sa douleur soit partie. Et que son genou fonctionne à nouveau.

C'est très intéressant car le Dr Seignalet n'avait pas prévu je crois de récupération aussi nette après blessure grâce à sa méthode. Par contre, il pensait que le cartilage pouvait à nouveau progresser dans une articulation atteinte par de l'arthrose. Il n'en avait pas eu la preuve, mais les éléments cliniques de ses patients avec arthrose allaient dans ce sens.

Il n'y a ici aucune preuve non plus. Mais tout semble indiquer que le cartilage a pu repousser suffisamment pour protéger les têtes osseuses et rendre l'articulation du genou à nouveau fonctionnelle.

José a réalisé aussi que des problèmes digestifs récurrents, de type gonflement du ventre et fatigues nettes après repas, visibles par des tiers, avaient disparu également.

Dans des conditions précises, surtout liées à l'alimentation, le cartilage semble pouvoir retrouver une épaisseur suffisante et ses fonctions premières. Même si cela reste à démontrer, c'est une donnée fondamentale car elle indique une possibilité simple d'auto-réparation et renouvellement du cartilage même pour des articulations très atteintes.

Le Dr Seignalet indiquait les résultats suivants pour les patients qui suivaient sa méthode (L'alimentation ou la troisième médecine - 2012 - éditions du Rocher - p. 408).

118 patients avec arthrose l'ont essayé. Les résultats étaient :

  • 7 échecs.
  • 111 patients avec un bénéfice obtenu : modéré dans 12 cas. Important dans 99 cas (cf. la description détaillée de deux de ces cas dans son ouvrage). A noter que dans un des deux cas le bénéfice a été très net, avec reprise possible du sport, mais que des lésions difficilement réversibles : nodosité d'Herberden et de Bouchard ont persisté. Malgré ça l'amélioration a été nette en 3 mois. L'autre cas détaillé concerne une personne qui a pu stopper ses douleurs pendant plus d'1,5 an. Les douleurs ont repris après un passage à l'alimentation classique. Le retour à une alimentation dite hypotoxique a permis à nouveau une rémission en quelques semaines.

Le Dr Seignalet indiquait qu'il n'avait pas pris les personnes avec des coxarthroses trop avancées, c'est à dire au moment où une prothèse de la hanche est nécessaire. Mais il cite toutefois un cas de coxarthrose mis en rémission par sa méthode. En d'autres termes, il est préférable de commencer cette alimentation le plus tôt possible, avant que les dégâts ne soient irréversibles.  Le plus tôt est le mieux. Mais il n'est presque jamais trop tard pour en retirer des bénéfices. C'est toujours à essayer.

Trop peu de médecins et trop peu de personnes concernées connaissent ces possibilités et ces mécanismes. Il est à noter qu'un rhumatologue, le Dr Poinsignon, bataille depuis des années pour que les patients puissent essayer le régime Seignalet (voir chapitre suivant et liens à la fin).

José pratique également par moments du jeûne hydrique, il indique que ça contribue aussi à sa bonne santé retrouvée.

Du cartilage qui revient aux migraines qui s'en vont

La compagne de José pratiquait énormément la danse. A l'âge de 35 ans, un tableau multi-douloureux s'est installé : douleurs aux épaules, aux genoux, et au niveau des vertèbres cervicales. L'IRM a été utilisée et a confirmé l'arthrose. Dans le même temps, elle avait régulièrement des crises de migraine, de l'ordre parfois de 1 à 2 par semaine. Elle aussi s'est mise à l'alimentation sans gluten et sans produits laitiers. Le constat est simple : les douleurs ont disparu. Les migraines reviennent en moyenne ... une fois par an.

Cela confirme totalement les écrits du Dr Seignalet sur l'arthrose comme sur les migraines, et tous les témoignages ultérieurs. Ainsi que les écrits du Dr Poinsignon, rhumatologue qui bataille pour que l'alimentation Seignalet soit mise en place pour plusieurs pathologies, dont l'arthrose. Et les écrits de Mme Lagacé, qui a très légèrement adapté le régime Seignalet, et dont le site internet fourmille de témoignages du même genre. Et tous les témoignages sur des sites internets divers (liens à la fin).

Enfin, un autre proche de José a commencé à avoir des douleurs diffuses et puissantes passée la cinquantaine. Avec ces deux exemples sous les yeux, elle a essayé également l'alimentation sans gluten et sans produits laitiers. Les douleurs ont disparu en environ 4 mois.

Même si cette méthode ne fonctionne pas à 100% pour 100% des personnes, il y a une constante : cela fonctionne très très souvent. Avec un recul de nombreuses années, au point que même un rhumatologue vante ces méthodes.

Ces personnes pratiquent l'alimentation "sans gluten et sans produits laitiers". La méthode Seignalet comprend cette partie et en plus l'exclusion du maïs et la limitation des cuissons trop poussées (cf. lien plus loin).

Si vous vous demandez pourquoi votre médecin ne vous en parle pas alors que ça fonctionne : tout simplement parce que peu de monde a les moyens d'investir dans un essai clinique qui testerait ces hypothèses. Cela peut coûter, si l'essai est bien conduit, avec suffisamment de personnes, et dans plusieurs centres pour éviter toute influence géographique trop forte, de l'ordre de 500 000 à 1 millions d'euros. Les organismes qui ont les moyens n'investissent pas dans ce genre de recherche là. Qu'ils soient privés ou publics, cela ne change rien.

La seule solution pour les patients est de tester par eux mêmes cette alimentation. Ce n'est pas satisfaisant pour un esprit scientifique. Mais très concrètement on ne peut pas faire autrement.

Car même si un tel essai clinique était conduit, cela ne concernerait qu'une seule maladie. Il faudrait doubler le coût pour par exemple, l'arthrose et la migraine. Avec une durée d'étude nécessaire de l'ordre de 4 à 5 ans (plus les délais préalables de construction de l'étude et de demande d'autorisation administrative). On voit tout de suite qu'il est vain et hasardeux d'attendre de tels résultats. Il vaut mieux essayer par soi même si ça fonctionne, comme ça a fonctionné pour de très nombreuses personnes. D'autant qu'il n'y a aucun danger. Cette façon de s'alimenter est par exemple très proche de l'alimentation japonaise traditionnelle, réputée très bonne pour la santé.

Autres confirmations

Maladie de Parkinson

La méthode et les écrits du Dr Seignalet datent des années 1990. D'autres auteurs l'ont repris entre temps. Les témoignages se sont étoffés. J'avais cité ici les bienfaits d'une approche alimentaire de type Seignalet pour parkinson en 2014 ici : Alzheimer, parkinson, ... aussi !

Un témoignage net et détaillé vient confirmer cette réussite, je vous invite à lelire attentivement, il est riche en informations : Parkinson : superbe témoignage

En résumé : comme pour l'arthrose, comme pour la migraine, un changement alimentaire apporte des bénéfices très forts. Qui sont aidés par l'activité physique par d'autres techniques, mais l'alimentation reste le pilier central de la rémission longue durée, puisque la cause principale de la maaldaie est supprimée ou atténuée.

Asthme et BPCO

Quel rapport entre une migraine, une maladie de Parkinson, du cartilage qui s'abîme ou de l'asthme ? Dans les trois premières situations, des molécules qui réussissent à passer la barrière intestinale la franchissent et sont stockées dans le corps. La structure de ces molécules favorise le stockage dans des types de tissus différents. Cela peut devenir pathologique quand le nombre de ces molécules perturbe le fonctionnement d'un ou plusieurs tissus particuliers. Si c'est le cartilage, les capacités de reconstruction sont altérées. Si c'est le tissu nerveux, le dysfonctionnement peut entraîner soit une gêne puissante et régulière, c'est le cas des migraines, soit à terme une destruction des cellules concernées, c'est le cas d'un Parkinson.

Dans d'autres situations le corps évacue une partie de ces molécules. Les tissus les plus appropriés sont les muqueuses. Les muqueuses pulmonaires sont très souvent concernées. Dans les cas les plus poussés ce mécanisme est une des causes majeures de l'asthme et de la BPCO. Pour beaucoup de médecins qui ont appris que ce qui cause un asthme est le plus souvent un agent extérieur (ce qui arrive aussi bien sûr), ce qui est écrit ici n'a pas de sens. Pourtant de nombreuses personnes ont réussi à diminuer voire stopper leurs symptômes grâce à un changement alimentaire. Voir les détails ici :

Asthme : des résultats spectaculaires

BPCO : Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive. Alimentation curative possible ?

Là aussi, en raison de la gravité potentielle de ces maladies (la BPCO est une très importante cause de mortalité en France) les patients devraient essayer au plus tôt ces modalités alimentaires, avec bien sûr l'arrêt du tabac pour ceux qui sont concernés.

Liens internet

Personnes âgées : Médicaments à diminuer, stopper ou à ne pas commencer

Glycations, médicaments, dans la revue Sports & Vie

https://jacquelinelagace.net/tag/arthrose/

http://docteurpoinsignon.over-blog.fr/2018/08/10-conseils-contre-l-arthrose.html

Du même auteur, qui écrit cette fois sur l'ostéoporose : https://www.aimsib.org/2019/10/21/losteoporose-mais-de-quoi-parle-t-on/

Billet que j'avais commenté ici : Ostéoporose, fractures ... quelles sont les méthodes efficaces ?

Quelques astuces pour bien débuter l'alimentation Seignalet : Astuces culinaires

 

Ces informations vous sont utiles, ou elles le sont pour vos proches ? Partagez ce lien svp, et n'hésitez pas à commenter. Vous pouvez aussi soutenir ma démarche de partage d'informations efficaces par une contribution, au choix de 5, 12 ou 20 € (ou autre montant si vous souhaitez). Cela m'aidera réellement à poursuivre et améliorer toujours plus les recherches, vérifications et publications sur ces sujets (coûts d'hébergement du site, de suppression de la pub - ça se paie -, d'accès à des conférences, d'achats d'ouvrages et de revues de référence, etc.).

 

Merci !

* Un peu de réglementaire : ce don n'ouvre pas droit à une réduction fiscale (formule auto-entrepreneur). Une facture n'est pas nécessaire pour les montants indiqués, mais vous pouvez m'en demander une si vous le souhaitez. C'est la loi qui impose de le préciser !

 

Ajouter un commentaire