Contre les néocotinoïdes ? Mangeons moins de sucre

  • Par
  • Le 05/10/2020
  • Commentaires (0)

Les industriels de la betterave sucrière veulent ré-autoriser les néocotinoïdes, produits pourtant décriés pas de nombreux scientifiques. Des députés emboîtent le pas à ces demandes nocives pour l'environnement.

Les solutions les plus efficaces pour ne pas avoir besoin d'épandre ces produits nocifs sont limpides : manger beaucoup moins de sucres et beaucoup moins de produits sucrés , c'est une question d'habitude à prendre. Quand du sucre est utilisé, l'acheter bio de préférence. Comme dit une chanson, c'est simple, basique. Et c'est efficace aussi.

J'ai eu l'occasion d'apercevoir des champs de betterave sucrière dans l'est de la France. Pour ceux que j'ai vus depuis la route : ils étaient immenses, d'un seul tenant, sans haies, sans cultures séparatives sur des hectares et des hectares. Dans de telles conditions n'importe quelle population de ravageurs (pucerons ou autres) peut s'étendre à une vitesse folle quand les cultures sont en place. D'autant plus si le réchauffement climatique se confirme, qui favorisera ces expansions.

Un modèle agricole qui date de quelques décennies ne se revoit pas du jour au lendemain. L'action individuelle est dans ce cas un puissant levier d'action. Pas uniquement pour la consommation de sucre de table, trop consommé en moyenne et à diminuer bien sûr, mais aussi pour tous les produits tous faits et avec beaucoup de sucre, qu'ils soient industriels = plats préparés ou de la boulangerie du coin. Ces produits divers sont les principaux débouchés de l'industrie sucrière.

Tout le monde y gagnera. En termes pratiques une des actions les plus simples à mettre en oeuvre pour commencer : arrêter ou limiter les sodas. Le gain "santé" sera très appréciable aussi pour chaque personne qui limite cette consommation : Trop de Sodas = DiabètesTrop de Sodas = Diabètes et Encore les sodas

Le besoin industriel en sucre, et donc en produits phytosanitaires pour les plantations sucrières, diminuera. La santé de chacun s'améliorera. Et il en de même pour la majorité des produits sucrés. Il vaudrait mieux réserver ces derniers à des évènements particuliers, et les consommer avec modération le reste du temps. Simple, basique. L'occasion de prendre de nouvelles habitudes, sans culpabiliser pour autant quand on craque, l'important est de diminuer cette consommation sur la longueur.

Soutenir ce blog

Les sites, livres et témoignages mentionnés confirment ce que j'écris ou répercute depuis des années : l'importance cruciale du mode de vie pour prévenir des maladies mais aussi pour mettre des maladies en rémission longue. Y compris pour des maladies pourtant considérées comme incurables.

Exemple : les données scientifiques les plus récentes confirment aussi le méfait et l'inutilité totale que je dénonce ici et ailleurs depuis des années et des années des traitements anti-cholestérols. Pour mémoire j'ai refusé l'idée d'un tel traitement à la fin des années 90, et les premiers textes critiques que je connais à ce sujet sont parus au milieu des années 2000.

Autre exemple : les liens étonnants entre maladies respiratoires et alimentation, que je cite depuis des années, données à l'appui : BPCO : Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive. Alimentation curative possible ? ; Asthme : des résultats spectaculaires

La plupart des sites qui abordent les mêmes sujets sont spécialisés sur un ou deux aspects, et pour certains génèrent du business pour des compléments alimentaires. Vous avez ici un site avec un bouquet de solutions qui fonctionnent souvent par modification de nos modes de vie sans devoir acheter de produits miracles.

Merci de soutenir ce type de démarche de diffusion d'une information qui permet de gagner beaucoup de temps sur la maladie. Vous pouvez citer ce billet et aussi contribuer financièrement avec le montant que vous choisirez.

 

 

Ajouter un commentaire