Blog

"Arnaque" du cholestérol : un bon résumé

La remise en cause de l'utilité de l'ensemble des taitements anticholestérol est déjà citée à plusieurs reprises dans ce site, par exemple dans ces pages : Statines = diabètesRésumé d'études cliniquesCancer du sein.

Les limites de cette théorie du cholestérol comme cause des problèmes cardiovasculaires, sont très bien résumées dans cette vidéo. N'hésitez pas à en parler autour de vous.

 

Blé, laits, cancers : confirmations de liens

Le rôle possible de ces aliments, ainsi que celui très connu, des aliments trop cuits, avec plusieurs pathologies, dont la plupart des cancers, a été signalé depuis longtemps, notamment par le Dr Seignalet (cf. Bibliographie). Au passage, ce rôle des aliments trop cuits comme contributeurs aux cancers est très connu, documenté ... mais quasiment jamais discuté par les médecins avec leurs patients.

Pour l'ensemble de ces aliments, les liens possibles avec les cancers dont résumés ici : Pollutions, cancers, diabète de type 2 et maladies cardiovasculaires, ainsi que des éléments sur les liens entre pollutions et cancers.

Pouquoi détailler ces cancers sur un blog plutôt centré diabètes ? Parce que parmi les facteurs de risque du diabète de type 2 (cf. Témoignages DT2), du déclenchement du diabète de type 1 (cf. Urgences dès le diagnostic), beaucoup sont communs à plusieurs cancers.

Est ce que ces données ont été confirmées par d'autres études ?

Celle-ci http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24155133, porte sur les liens entre cancers du sein, du colon, et la consommation de pain et de pâtes, pour des hommes et des femmes en Italie. Le grand nombre de personnes contrôlées rend ces résultats très intéressants. Les auteurs concluent que, parmi les personnes contrôlées, une association positive (c'est à dire avec plus de cancers) n'a été trouvée que pour le pain, avec les femmes en ménopause et avec les femmes en surpoids. Donc dans ce cas précis, aucune association n'a été trouvée avec les hommes, ni avec les femmes à poids normal, avant la ménopause.

Reste que les femmes ménopausées, et les femmes en surpoids, cela représente beaucoup de monde. Espérons que le message sera diffusé par les médecins. Pourquoi le pain plutôt que les pâtes ? Alors que les deux sont réalisés avec du gluten ? D'une façon générale, les pains contiennent plus de gluten, utilisé justement pour la panification. Par ailleurs, le plus souvent, en Italie, les pâtes sont cuites al dente, c'est à dire moins qu'en France en moyenne, alors que le pain est beaucoup plus cuit.* Un surplus de gluten, très cuit, semble être le lien le plus évident entre ces cancers et le pain, contrairement aux pâtes. D'autres explications sont peut être possibles (autres produits utilisés pour la panification, etc.), mais en raison des données déjà énoncées dans ce site, ce sont les deux facteurs les plus probables.

Pour affiner le lien entre gluten et cancers, il aurait fallu disposer d'une comparaison entre prévalence des cancers entre mangeurs de pâtes et personnes sans gluten. cela n'existe pas à ma connaissance. On peut toutefois se faire une idée, par comparaison entre secteurs géographiques où le gluten, entres autres, et très consommé, et zones géographiques où le gluten est très peu consommé. La plus connue, et la plus suivie, est le Japon. Il y a bien sûr beaucoup d'autres différences entre le Japon et les autres pays, d'autres facteurs peuvent rentrer en compte, ce n'est pas une preuve absolue, mais simplement indicatif.

Cette publication : https://www.med.or.jp/english/journal/pdf/2009_01/039_044.pdf, traite du cancer du sein aux Etats-unis et au Japon. Un bon schéma valant mieux qu'un long discours, je recopie un graphe très parlant, page 40  :

Breast cancer japan

Dans la plupart des classes d'âge, le taux de cancer du sein et 3 à 4 fois inférieur au Japon par rapport aux Etats-Unis. La différence est moins grande pour les classes d'âge les plus jeunes, c'est à dire celles pour qui le style de vie tend à plus d'uniformisation. Les personnes qui avaient 50 ans en 2001, sont nées en 1951, l'uniformisation des modes de vie n'a pas été complète entre les deux pays, et aurait plus marqué, toujours progressivement, à partir des années 60. L'uniformisation alimentaire serait plus récente. Ceci dit, les auteurs ne parlent pas d'alimentation dans les causes possibles, mais d'autres causes souvent citées en général pour les cancers du sein :  premières règles (ménarches) précoces, ménopause tardive, date tardive du premier accouchement, qui tendraient à devenir identiques pour les japonaises, notamment pour la date tardive du premier accouchement. Les causes décrites dans l'article sont donc avant tout hormonales. Les aspects pollution et alimentation, pourtant de plus en plus documentés ailleurs, n'y sont pas cités.

Peu importe, cette différence très importante est un indice de plus sur les liens entre alimentation : au Japon, peu de produits laitiers, peu de gluten, beaucoup de produits faiblement cuits, et préservation par rapport au cancer du sein. Et quand les modes de vie, dont l'alimentation, s'uniformisent, la différence de cancers du sein devient moins forte avec les Etats-Unis.

De plus, si les causes hormonales ayant pu contribuer à un cancer du sein sont passées et parfois difficilement modifiables, le changement d'alimentation peut se faire à tout instant, et contribuer à la diminution des facteurs de risque. Cancer du sein. Raison de plus pour s'y intéresser de près, même quand le diagnostic a été pausé.

Lire la suite

Maladies associées : l'asthme

Les maladies associées aux diabéte de type 1 et 2 sont abordées ici : Maladies associées aux diabètes

Asthme

Diabète de type 2 et asthme

Aujourd'hui, je fais un focus sur l'asthme. En raison de la gravité potentielle de certaines crises d'asthme, quels que soient les résultats d'un changement alimentaire (décrit plus loin) sur vos crises ou celles de vos enfats, y compris une disparition des crises pendant une longue ou une très longue période (voir seconde partie du billet), il faudra toujours garder le traitement d'urgence à portée de main. Et bien sûr arrêter le tabac, continuer à se prémunir des allergènes, etc. 

Quels sont les rapports entre asthme et diabète ? Cet article nous dit que le risque d'asthme est presque triplé pour les diabétiques de type 2 http://sante-guerir.notrefamille.com/sante-a-z/les-diabetiques-de-type-2-seraient-exposes-a-un-risque-accru-d-asthme-o54167.html

Causes possibles de l'asthme

Dans ce cas, est ce que les méthodes alimentaires décrites pour les diabètes ici : Alimentation et diabétes ; Alimentations qui marchent ont une quelconque efficacité pour l'asthme ? ça peut paraître étonnant, l'asthme étant une maladie des poumons, et pourtant ...

D'une façon générale, l'asthme est considéré comme étant une maladie surtout inflammatoire. Un allergène, ou une poussière, ou un autre élément, vont générer une hyper réactivité bronchique et une inflammation, qui va fortement contribuer à la crise d'asthme. Les traitements existant visent à lutter contre l'inflammation, contre les allergies parfois, et contre les conséquences mécaniques. Les théories acceptées actuiellement par la communauté scientifique considèrent que des facteurs extérieurs, connus (poussières, pollens, etc.) ou inconnus aboutissent à ces mécanismes inflammatoires.

D'autres théories, moins répandues à ce jour dans le monde scientifique, mettent le niveau d'inflammation comme antérieur à tous les autres mécanismes. Cette inflammation permanente du tissu bronchique serait induite principalement par l'alimentation.

Alimentation qui prévient, versus alimentation qui déclenche des crises

Quelles sont les connaissances scientifiques classiques sur les liens asthme et alimentation ?

Le premier lien est évident, en cas d'allergie à un aliment, qui peut contribuer à une crise d'asthme. Ce sont des allergies dites à IgE. Ig veut dire Immunoglobulines, c'est l'autre nom pour anticorps. Les Ig sont de plusieurs types (IgG, IgA, igM, IgD, IgE). Les IgE sont surtourt abondants dans les muqueuses, et peuvent déclencher entres autres une libération massive d'histamine. Ces allergies à Ig E sont celles vraiment connues de tous sous le nom d'allergies, et peuvent être violentes, malheureusement fatales quelquefois. Ce sont celles que connaissent et traitent les allergologues. 

Le second lien, est celui abordé par des études scientifiques, notamment sur la valeur préventive de l'alimentation :

La nourriture type fast-food, est largement incriminée http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23319429, pour l'asthme, l'eczéma, et les rhinoconjonctivites. L'article est en anglais, la conclusion est nette : Les risques (de crise dans le cas de l'asthme) augmentent nettement à partir de 3 repas "fast food" par semaine. L'étude est internationale, porte sur un grand nombre de personnes, le lien semble clair. C'est ici plus la fréquence d'apport de ce type de nourriture qui est mis en avant, que le poids.

D'autres travaux scientifiques, publiés, ont été effectués sur les rapports asthme / alimentation. Par exemple cette étude : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20522849. Les auteurs concluent que l'alimentation méditerranéenne, riche en légumes, dont les légumes verts, en fruits et en poissons, est liée à une moindre fréquence de l'asthme, tandis que comme dnas l'étude précédente, la consommation de hamburgers est liée à plus plus grande fréquence de l'asthme. Ce qui est étudié ici est la valeur préventive, réelle, de l'alimentation méditerranéenne. Et les effets pathogènes - déclencheurs d'asthme, d'une alimentation riche en burgers

Grâce à ces deux exemples, on voit que l'alimentation a une valeur préventive nette. Est il possible qu'un changement d'alimentation ait aussi un rôle curatif ? Que ce changement alimentaire puisse nettement réduire ou supprimer les crises d'asthme ?

Lire la suite

Pollutions, cancers, diabète de type 2 et maladies cardiovasculaires

Bonjour, ce billet sur les cancers et le diabète de type2, est un peu long. On peut le résumer en disant que l'emploi de médicaments anticholestérols, une alimentation inadaptée, et la pollution (le cas décortiqué ici est celui de la pollution industrielle de Tarentes, au sud de l'Italie, dans le Pouilles) sont des facteurs de risques communs au diabète de type 2 et à certains cancers, notamment le cancer du sein. Si ce lien vous surprend : j'utilise plusieurs données parues dans des revues et des articles scientifiques, ce ne sont pas des élucubrations isolées.

Si bien sûr la pollution n'est pas partout aussi grave qu'à Tarente durant ces 30 dernières années, ce cas extrême permet, malheureusement pour les habitants de ce secteur, d'être sûr des liens entre plusieurs maladies et la pollution. Ailleurs, cet effet sera moins visible, parce que plus diffus, mais aussi moins suivi par les autorités.

Et donc, changer son alimentation, diminuer ou stopper les médicaments anticholetérol, et s'éloigner tant que possible des sources de pollution sont des solutions majeures à prendre pour éviter la survenue de ces cancers ou de diabète de type 2, ou l'aggravation à long terme, et dans les cas de cancer, pour éviter la récidive. Le tout en accompagnement des traitements habituels.

Polluants, diabète de type 2, cancers

Les liens entre pollutions et diabète de type 2 ont été avérés il y a peu de temps Polluants et DT2. Dans ce cas, les polluants routiers, et les polluants indutriels ont été mis en cause. On se doute que leurs effets sur la santé en général ne sont pas bons, mais il est difficile d'avoir une vue d'ensemble.

Malheureusement pour les habitants d'une partie des Pouilles, dans le sud de l'Italie, une immense usine a généré pendant des années des quantités astronomiques de pollution. Les médias en ont parlé l'année dernière notamment, une partie de habitants souhaitant le maintien de l'usine, malgré les problèmes environnementaux de santé, en raison du très fort taux de chomage dans cette région. Finalement, la grande majorité des habitants s'est mis à souhaiter l'arrêt de l'usine dans les conditions actuelles d'exploitation.

Après des années d'émissions de polluants, des études officielles de suivis ont été réalisée sur les liens avec la mortalité dans la ville autour (Tarente, Taranto en Italien). Les liens sur le net sont très nombreux, celui ci  http://www.scienceonthenet.eu/content/article/taranto-disaster-confirmed  résume très bien une grande partie des études réalisées. Pas de données sur le diabète ... on y revient en seconde partie de ce billet.

Sur la période 1980 - 2008.

Mortalité par Cancers : la mortalité totale par cancer a diminué dans toute l'Italie depuis les années 90. Néanmoins, à Tarente, la mortalité par cancer est passée dans cette période de 387.4 à 397,00 /100000 à Tarente, et de 326 à 348 dans le reste de Pouilles. Dans cette même période, le cancer des poumons chez les femmes a augmenté de 59 %, comme dans les Pouilles (note : non dit dans l'article, mais lié à l'usage croissant de la cigarette par les femmes en général), tandis qu'à Tarente, l'augmentation a été de 78%.

Des détails sont donnés pour l'ensemble de cancers enregistrés en 2006 2007 : 

En résumé : un excès de cancer de 30 % pour les hommes. Mésothélome (note - cancer le plus souvent des poumons, aussi provoqué par l'amiante) , tumeurs aux reins, et autre tumeurs liées au système urinaire (hormis cancer de la vessie) montrent un excès de 100%. L'excès et de 20 % pour les femmes. Dans le détail pour les femmes : + 75 % pour les tumeur du foie ; + 43% pour les lymphomes hors Hodgkin ; + 80% pour les tumeurs de la partie supérieure de l'Utérus ; + 48 % pour les poumons ; + 24 % pour le cancer du sein ; au delà de + 100% pour le cancer de l'estomac. Pour les enfants, accroissement significatif de toutes les causes les premières années de la vie.

Note : des sources locales m'ont informé que d'autres cancers, non pris en compte dans ces statistiques, semblent aussi liés à ces pollutions. Lymphome de Hodgkin, cancer de la thyroïde, ...

Mortalité cardio-vasculaire : jusqu'aux années 90, le taux de mortalité à Tarente pour les maladies cardiovasculaires était significativement plus bas que dans les Pouilles et dans le reste de l'Italie. Au passage, on peut penser qu'à cette période, l'ensoleillement, et surtout une alimentation très proche de l'alimentation méditerranéenne telle que définie ici : Alimentations qui marchent, ont contribué à ces très bons résultats. La mortalité cardio-vasculaire a suivi ensuite la même tendance à la baisse que dans le reste de l'Italie. Toutefois, les derniers résultats de 98 à 2000, montrent des valeurs plus hautes que dans les Pouilles et que dans le reste de l'Italie. Les effets de la pollution ont été plus longs à se faire sentir que pour les cancers, ou pour la mortalité infantile (voir plus bas); mais il y a un lien pollution / mortalité cardiovasculaire. 

Mortalité par maladies respiratoires : la baisse a été très nette dans l'ensemble de l'Italie, toutefois, les valeurs dans les Pouiilles et à Tarente sont significativement plus fortes que dans le reste de l'Italie. 

Pour les enfants, il suffit de regarder le graphique en bas de page du lien donné plus haut, reproduit ci-dessous.

         

Trends in children mortality -pediatric age group - from all causes - Italy, Puglia, Taranto IPS - (1980 -2008)

La mortalité infantile, plus basse avant, augmente nettement vers 1983, et reste plus haute, à très nettement plus haute, jusqu'à la période 2008, où elle semble rejoindre les valeurs en Italie et dans le Pouilles. C'est à dire après la période pendant laquelle les scandales liés à la pollution ont entraîné un certain nombre d'études, actions, menaces judiciaires, etc. 

Lire la suite

Résumé de la conférence du 4 octobre 2014

Rencontre avec des médecins qui connaissent bien les liens alimentation et santé

Une association nommée "passerelles pour la vie" a organisé à Toulouse, le 4 octobre 2014, une conférence avec le Dr Poinsignon et le Dr Ménat, devant environ 200 personnes. Ayant pu y assister et intervenir, j'en fais un résumé rapide.

Le Dr Poinsignon est un rhumatologue qui applique avec succès, le régime Seignalet pour les patients atteints de diverses maladies rhumatismales. Un rhumatologue en exercice avec de bon résultats dans ce domaine, ... on comprend que du monde oit venu. Le Dr Ménat est un généraliste Toulousain, homéopathe, et qui a énormément travaillé sur les rapports entre nutrition et santé, et qui organise régulièrement des reoncontres sur ces thématiques.Uniquement pour les soignants, médecins, thérapeutes, ..., une journée sera organisée le 29 novembre par le Dr Ménat à Toulouse, renseignez vous vite, je crois que c'est presque complet. Présence du Dr Joyeux, cancérologue, en soirée, pour parler de nombreuses maladies.

Je suis intervenu quelques minutes également ce 4 octobre, entre les Dr Poinsignon et Ménat, en présentant mon parcours de patient, et donnant quelques infos sur l'état de la recherche sur ce sujet. trop court pour tout ce que j'avais à dire, mais la quantité et la qualité des informations données par les deux médecins intervenant était déjà très dense.

Un rhumatologue qui applique le régime Seignalet

Le Dr Poinsignon a en fait abordé les bases de la digestion humaine. Devant l'opposition de beaucoup de patients à tout changement alimentaire, il propose d'abord une approche très pédagogique. 

Rôles des nutriments, des vitamines, etc. Au passage, il critique l'usage des adoucisseurs pour l'eau potable, ces appareils ont l'inconvénient de trop déminéraliser l'eau de boisson. 

Il met en avant le rôle de l'épigénétique, c'est à dire des influences extérieures sur l'expresion de gènes. Pour affirmer que si on ne peut pas changer nos gène, on peut modifier pluieurs facteurs de l'environnement, au premier rag desquels l'alimentation. Et d'autres aberrations, comme l'utilisation trop régulière de l'aspartame, divers polluants.

Ensuite il aborde plus précisément les enchaînements qui peuvent conduire aux maladies à partir de l'alimentation, en débordant les barrières de notre corps. Ce sont les barrières entre le soi (notre corps et ses composants) et le non-soi (aliments et boissons).

  1. La porosité de l'intestin grêle
  2. Les capacités enzymatiques du foie
  3. Le système immunitaire.

Il insiste sur des notions simples, comme le fait de bien mastiquer pour que le travail digestif commence réellement. Les autres facteurs de porosité intestinale, plus souvent appelée hyperperméabilité, sont listés ci-dessous :

  • Antibiotiques
  • Antiinflammatoires
  • Alimentation
  • Polluants
  • Maladies intestinales
  • Viellissement
  • Sport intensif

Les médicaments cités sont parfois nécessaires, mais ont un rôle à double tranchant, quand ils entretiennent cette porosité qui sera une des causes des pathologies inflammatoires. ça peut se transformer en cercle vicieux. 

La deuxième barrière est le foie. Qui contient des milliers d'enzymes de "détoxication", et dans lequel se déroulent plus de 4000 réactions chimiques. Selon les personnes, il peut y avoir, pour des raisons génétiques, une ou plusieurs déficiences enzymatiques, ce qui conduit à des inégalités face aux mùaladies pour les personnes. 

Ou des carences alimentaires peuvent expliquer le mauvais fonctionnement de ces enzymes. Quand elles sont débordées par beaucoup de molécules, suite à la perméabilité du grêle, ces enzymes sont rapidement épuisées. 

La troisième barrière est le système immunitaire. Les cellules immunitaires sont partout : circulantes, dans le sang et la lymphe, et aussi dormantes dans nos tissus (par exemples plusieurs types de cellules dérivées des macrophages), qui seront plus difficilement mesurables en analyses sanguines. L'activité de notre ssystème immunitaire n'est donc pas entièrement détectable d'après les analyses classiques. 

70 % des cellules immunitaires sont dans les muqueuses intestinales.

Ensuite, le Dr Poinsignon a regroupé sous le terme "inflammation" les réactions induites par le franchissement et le débordement de ces 3 barrières, principalement par une alimentation non adaptée à nos corps, et par plusieurs molécules étrangères (polluants, édulcorants, etc.). 

Il a abouti à la présentation et la définition du régime Seignalet, qu'il applique avec succès à ses patients, bien qu'il ait du mal à en convaindre un certain nombre.

Il a aussi  insisté sur la nécessité de ne manger de la viande en général que de façon modérée, c'est à dire en général un apport de protéines une fois par jour, et sur les abus de graisses à limiter, notamment de mauvaises graisses : fritures, nourriture industrielle en général.

Anecdote utile : la conniassance des liens entre santé et alimentation par le monde médical a été beaucoup discutée. Apparememnt, de l'avis de tous les connaisseurs présents ce jour là, elle est très très faible, sauf à avoir fait une démarche personnelle de recherches sur ces sujets. Y compris parfois pour les nutritionnistes. Ce sont en fait des endocrinologues qui peuvent revendiquer ce droit, mais la formation peut être relativement légère. 

Lire la suite

DT 2 confirmation des bienfaits de la diète hypotoxique

Quleques succès du régime Seignalet sont décrits sur la page Témoignages DT2. Est ce que ça été confirmé ensuite ?

Quand l'alimentation hypotoxique est suivie

Monsieur Jean Marie Magnien, auteur de l'ouvrage "réduire au silence 100 maladies grâce au régime Seignalet" a eu l'amabilité de me confier de nouveaux résultats - anonymes bien sûr - plus récents que la parution de son ouvrage. Il s'agit d'une personne atteinte d'un cancer de la prostate, et d'un DT2.

En résumé : à l'âge de 55 ans, le DT2 se déclare. Il est traité par sulfamide (Gliclazide ; générique de Diamicron)

Les glycémies à jeun sont bonnes au départ, puis augmentent un peu; le patient est alors traité 2 ans plus tard. Les mesures d'HbA1c varient entre 5.7 et 6,8.

Le patient adopte alors progressivement le régime Seignalet + compléments alimentaires - pour un cancer de la prostate -, 6 ans après la découverte du DT2, et 4 ans après la mise en place du traitement oral. La situation s'améliore. Les HbA1C varient entre 5,2 et 6,4 (valeur la plus haute, au début), avec une moyenne à 5.6, sur 3 années consécutives. Les glycémies à jeun restent dans les clous, entre 1.04 et 1.25 pour la plus haute. Le médecin traitant arrête le traitement oral 2 ans et demi après le début du régime Seignalet.

En parallèle, l'hypoertension, pour laquelle il est aussi traité, diminue. Ce qui conduit le médecin à diviser par 4 le traiement. M. magnien précise qu'il a observé ce phénomène non systématiquement, mais très souvent, grâce au régime Seignalet. Il met notamment en avant la suppression des produits laitiers et le magnésium dans les compléments alimentaires. 

Il est nécessaire de suivre l'évolution de sa tension, pour que le médecin puisse adapter le traitement, ici à la baisse, voire le supprimer. 

Enfin, aux dernières nouvelles, ce patient, son cancer de la prostate, son diabète, ainsi que le cancer du côlon de sa femme (sous chimiothérapie, et qui a mis en place aussi le régime Seignalet + compléments alimentaires), vont bien. La médecine classique a joué son rôle, en protégeant pour partie ce patient des complications du diabète de type 2, puis l'apport du changement alimentaire a permis plus efficacement de renverser la tendance.

Lire la suite

Ouverture du site de Olivier

Après avoir rencontré beaucoup de chercheurs, médecins, et être intervenu sous différents pseudos dans les forums santé, je me lance, je créée mon site.

Prenez le temps de lire les informations disponibles, le rôle des cuissons trop poussées comme adjuvant des complications liées aux hyperglycémies, les dernières connaissances sur les traitements des diabètes de type 1 et 2, etc. De quoi lire et discuter ensuite avec votre diabétologue.

Enfin, les diabètes font souvent l'obet de gros titres dans les médias : ce qui est bien, ce qui ne l'est pas, les miracles à attendre des nouveaux traitements, etc. J'attendrai toujours plusieurs jours pour les commenter. Derrière les infos "spectacle" il y a des données à vérifier.Plus de 30 ans que j'entends parler de nouveaux médicaments, nouvelles insulines qui vont tout révolutionner. Il y a eu d'énormes progrès bien sûr, masi jamais ce qui était annoncé de façon sensationnelle. Et par ailleurs, des infos présentées comme nouvelles, ne le sont pas toujours : les édulcorants ont été récemment remis en cause http://www.lemonde.fr/medecine/article/2014/09/17/haro-sur-le-role-des-edulcorants-dans-le-diabete_4489292_1650718.html.... je n'en ai quasiment jamais pris, ça fait tellement longtemps que leur action est suspecte, surtout s'ils sont pris quotidiennement. ça confirme ce qui est dit ailleurs, apr exemple ici, dans la partie pour les boissons light : Trop de Sodas = Diabètes