Cancer du sein

Cancers du sein et diabète de type 2

Facteurs de risque liés au mode de vie

Ces pathologies (cancer du sein et DT2) possèdent des facteurs de risque très proches, hormis pour les cas particuliers de risques héréditaires du cancer du sein.
http://www.biomedcentral.com/1741-7015/12/54

L'article ci-dessus dit en gros que parmi les causes qui contribuent au diabète de type 2, certaines contribuent aussi au cancer du sein. Et qu'une alimentation riche en polyphénols, avec un bon ratio omégas3/omégas6 (en général il faut augmenter le premier et diminuer le second) diminue nettement les risques de cancer du sein, ou de rechute de cancer du sein, en association avec les mesures déjà recommandées : sport régulier, perte de poids, alimentation riche en légumes et en fruits, limitation des apports en graisses saturées, et évitement des médicaments qui augmentent et le risque de diabète de type 2 et le risque de cancer du sein (les anti-cholestérols).
Il ya des développements (perturbateurs endocriniens, ...) qui sont spécifiques au cancer du sein, et ne concernent pas le DT2.
En résumé, selon cet article, pour limiter le risque, il faut ajouter une alimentation méditerranéenne traditionnelle riche en légumes aux mesures classiques.
La même stratégie diminue le risque de mortalité cardiovasculaire, qui est une des complications majeures du DT2.

Anticholestérol et DT2, anticholestérol et cancer du sein

Pour le rôle néfaste et déclencheur du DT2, par les anticholestérol, types statines, les infos ici : Statines = diabètes

Pour le rôle des mémes médicaments dans le cancer du sein : c'est décrit par exemple dans cette étude : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23833125

Quelques phrases sont à retenir : "Des études (antérieures) soutiennent largement le caractère préventif des statines" ; "les femmes avec une hypercholestérolémie qui ont utilisé de façon courante des statines pendant 10 ans ou plus ont doublé les risques de développer une des deux formes de cancer du sein étudiées".

En plus clair, ces molécules, réputées jusqu'à très récemment, diminuer le cancer du sein, en doubleraient le risque dès que l'usage de ces médicaments est régulier sur du long terme. Il faut rappeler que ces médicaments, qui augmentent aussi très nettement le risque de devenir DT2 avec des glycémies compliquées à gérer, et le risque de développer un cancer du sein, sont en général donnés à vie, par des médecins qui n'ont malheureusement pas pris le temps de lire l'ensemble des données scientifiques disponibles à ce sujet, ni des analyses critiques argumentées.

Nouveau

Les causes sont donc souvent alimentaires, médicamenteuses, mais aussi liées à la pollution : Pollutions, cancers, diabète de type 2 et maladies cardiovasculairesCancers et pollutions - suite. Pour l'alimentation, des travaux complémentaires ont été publiés, commentés ici : Blé, laits, cancers : confirmations de liens.

Pour les traitements, voir les différentes approches, non conventionnelles, qui peuvent être utilisées, de façon séparée ou combinée entres elles : Cancers, et euros. Et combinées ou non aux traitements conventionnels, en fonction des particularités de chaque patiente. Récemment (décembre 2017, le cas détaillé d'une patiente avec cancer du sein métastasé, traitée par une de ces méthodes a été publié ici : http://guerir-du-cancer.fr/cancer-sein-suivi-de-tumeur-pulmonaire-metastases-cerebrales-maj-septembre-2017/.

Sur la réalité des bienfaits ou méfaits du dépistage des cancers, dont les cancers du sein, voir absolumment ces deux billets. S'ils vous paraissent trop long, lisez au moins les conclusions : http://www.jaddo.fr/2016/06/19/et-mes-fesses-elles-sont-roses-mes-fesses/ ; http://docteurdu16.blogspot.fr/2017/12/cancer-du-sein-quelques-chiffres-sur-le.html

Conclusion

Les facteurs environnementaux : pollutions, facteurs alimentaires, causes iatrogèniques (liées à des médicaments, ici les anticholestérol) semblent être prédominants pour une bonne partie des cancers, dont le cancer du sein. Modifier ces facteurs peut considérablement réduire le risque, y compris quand le cancer est déjà déclaré.

Le dépistage de masse semble par ailleurs être très très peu performant, et contre-productif (faux positifs, faux négatifs, ...). Cela ne veut pas dire qu'il faut toujours éviter le dépistage, mais uniquement à bon escient après avoir discuté de vos facteurs de risque, antécédents, etc. avec son médecin.

Pour la partie "cholestérol" ; diminuer le cholestérol ne diminuera pas le risque de mortalité cardio-vasculaire, mais pourra être nocif. Lire par exemple ; http://michel.delorgeril.info/prevention-des-maladies-cardiovasculaires/avoir-un-cholesterol-tres-bas-est-de-mauvais-pronostic ; https://www.cholesterol-statine.fr/

Ps : juste pour le plaisir, hors question de santé, quoique, ça fait du bien aussi, il y a même un bonus pour les fans de rock en général et de Springsteen en particulier : https://www.cholesterol-statine.fr/news/surrender-festival

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 30/12/2017