Soyez attentif à Lyme

Maladie de Lyme : c'est quoi ?

Ce billet n'a pas de rapport avec le diabète. Il concerne la maladie de Lyme. Les connaisseurs y apprendront peu de choses, Ce billet s'adresse plutôt aux personnes qui découvrent cette maladie, qui pensent en être atteints, ou à qui on a dit de faire attention après une morsure de tique. 

Qu'est ce que c'est, et pourquoi j'écris un billet à ce sujet maintenant ?

La maladie de Lyme est due à des bactéries du genre Borrelia, transmises par morsures de tique.

Une proposisition de loi vient d'être discutée à ce sujet : http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-maladie-de-lyme-pas-de-nouvelle-loi-mais-le-gouvernement-agira-avant-l-ete--15519.asp?1=1

La proposition de loi n'a pas été retenue, mais les institutions ont décidé d'agir à grande échelle.

En effet, cette maladie est répandue, avec des sympômes parfois typiques (la tâche rouge plus ou moins en anneau sur la peau), parfois très variés. A tel point que plusieurs personnes, dont les médecins soupçonnent qu'elles ont développé des maladies auto-immunes de diagnostic difficile, par exemple la Poylarthrite rhumatoïde (atteintes graves de certaines articulations), la Sclérose en Plaque (atteintes du système nerveux), pourraient en fait être atteintes de formes variées de la maladie de Lyme. 

Les symptômes sont bien décrits ici, mais ils ne sont pas forcément tous présents, d'où les difficultés du diagnostic :

http://sante-guerir.notrefamille.com/v2/services-sante/article-sante.asp?id_guerir=14434

Des associations se sont montées pour contrôler ce phénomène qui touche à la santé publique. Par exemple http://www.lympact.fr/ ; http://www.sos-lyme.com/index.php

Que faire ? C'est là que ça devient compliqué. Entre les avis officiels, les avis alternatifs, les solutions proposées peuvent être très variées. Que ce soit pour le test de dépistage (des patients passent par des labos spécialisés, par exemple en Allemagne, ayant perdu la confiance dans les tests pratiqués en France), que pour les méthodes de guérison. Beaucoup de monde semble d'accord pour l'antibiothérapie en première intention, mais après, si ça n'a pas marché, les avis divergent beaucoup.

Même pour retirer la tique, les avis divergent. Si dans les zones touchées (au départ surtout en Alsace puis quelques zones de l'ouest ou en montagne, la plupart des régions de France maintenant, peut être un peu moins en zone méditerranéenne, ce qui reste à vérifier), il vaut mieux se promener dans la nature avec des vêtements couvrant et clairs, si une ou plusieurs tiques, souvent minsucules, à peine visibles, ont réussi à se faufiler et à mordre, il faut l'enlever. La technique la plus sûre serait de l'enlever avec une pince, ou un tire-tique vendu en pharmacie (plus sûr, ça n'écrase pas la tique), sans l'endormir avec de l'alcool. Si on l'endort, c'est un peu plus facile de l'enlever, mais le risque de régurgitation sous la peau est plus fort, et donc le risque d'être infecté par une bactérie de genre Borrelia. 

Trier entre les connaissances disponibles

Ensuite, pour les personnes atteintes, c'est souvent difficile : difficile d'avoir le bon diagnostic, le bon traitement au bon moment, ou même un traitement qui marche à tous les coups. C'est là que ça devient ... le bazar. Entre les méthodes éprouvées mais qui ne marchent pas à 100 %, les méthodes alternatives souvent mises en avant, il est difficile de faire un tri. Il faut souhaiter que les institutions mandatées par le gouvernement pour agir trouvent les bonnes méthodes pour informer les personnes, pour poser des diagnostics plus sûrs, et des traitements adaptés. 

Cette maladie sème beaucoup de confusion par exemple aussi au Québec et au Canada. Le régime hypotoxique qui est cité dans ce lien http://jacquelinelagace.net/2013/05/26/lucie-nous-renseigne-sur-son-experience-de-la-maladie-de-lyme/ est développé dans le dernier paragraphe de ce billet. On voit que les techniques, les avis, différent.

Difficile dans ces conditions de donner un avis tranché sur la meilleure méthode à appliquer pour une personne atteinte. D'où l'importance des travaux de compilation et de recherche annoncés.

Si vous avez l'occasion de croiser le(la) député(e) de votre circonscription, demandez lui d'insister pour que ce travail, annoncé par le gouvernement, soit bien fait, et que tout soit mis en oeuvre pour lutter contre cette maladie. Y compris le volet épidémiologie : si les personnes les plus à risque sont celles qui passent le plus de temps dans les milieux naturels, il est étonnant de voir par exemple que des personnes criblées de morsures ne développent pas la maladie de Lyme, alors que parfois d'autres personnes qui n'ont eu qu'une piqûre, la développeront. Parfois des années après. Il y a certainement des inégalités entre les personnes devant cette maladies, mais il faudrait trouver lesquelles. Peut être le système HLA (voir ci-dessous). 

Autres développements scientifiques à espérer

D'un point de vue plus physiologique : les atteintes de type arthrites, de type Sclérose en plaque, les atteintes neurologiques, etc. sont clairement dues ici à des bactéries. Soit la bactérie dans son ensemble, soit des portions de bactéries (peptides bactériens) si le système immunitaire réussit en partie à les détruire.

On rejoint tout à fait les thèses du Dr Seignalet. Selon lui, ce sont des peptides bactériens, issus de bactéries pathogènes développées dans les intestins, qui générent la plupart des maladies dites auto-immunes. Si l'alimentation est la cause première de développement de ces bactéries dans l'intestin (voir : Alimentations qui marchent ), et de la porosité intestinale qui favorise le passage de ces peptides bactériens dans le sang, ce sont ces antigènes bactériens qui déclenchent la cascade d'actions qui aboutit à la maladie auto immune. La très grande proximité de symptômes entre la maladie de Lyme et ces maladies auto immunes est un indice très fort en faveur de ce rôle bactérien. Il serait urgent que médecins et chercheurs se saisissent de cette ressemblance frappante. Le cadre théorique est déjà en grande partie posé par le Dr Seignalet sur les possibles réactions du système immunitaire.

Etonnament, alors que le Dr Seignalet n'a jamais abordé Lyme dans ses travaux, j'ai déjà lu un témoignage (non retrouvé), qui disait que le régime Seignalet avait aidé à largement diminuer les symptômes. En en cherchant d'autres, j'ai trouvé le site Canadien en lien plus haut, ou cette page avec des témoignages contrastés : http://www.forumlyme.com/phpBB3/viewtopic.php?f=28&t=2117&start=0

C'est étonnant, pour les témoignages positifs, puisque le Dr Seignalet visait des pathologies à entrée digestive, et que la Borréliose est à entrée sous cutanée. Si ça se confirme pour plusieurs personnes, on pourrait supposer, entres autres hypothèses, que la diminution de la porosité intestinale, grâce au régime Seignalet, réduit l'entrée d'autres peptides bactériens antigéniques, ce qui limite les réponses immunitaires, et tous les phénomènes secondaires douloureux, tels que des inflammations. Le système immunitaire pourrait alors prendre en charge plus efficacement les peptides de Borrelia, pour leur neutralisation. Cela demande des recherches spécifiques, et surtout que la possibilité de déclenchement de maladies auto immunes par des peptides bactériens soit validée, ce qui n'est pas encore le cas à ce jour. Le Dr Seignalet décrivait le rôle du système HLA dans ce processus, ce serait intéressant de faire une typologie HLA des personnes qui développent la maladie de Lyme. 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau