Somnifères dangereux et diabétes

Billet pour rappeler les méfaits de plusieurs molécules pour dormir ou être moins anxieux, par exemple pour les diabétiques, et stratégies pour échapper progressivement à ces dangers.

Et billet aussi pour les médecins : les recherches récentes sur le fonctionnement du cerveau pendant le sommeil, plus précisément l'évacuation des déchets cellulaires pendant le sommeil, permettent de proposer un lien, déjà mentionné à plusieurs reprises par des chercheurs, et répétés sur ce blog, entre alimentation et plusieurs maladies cérébrales. 

 

Les diabétiques seraient plus sujets à un mauvais sommeil que la moyenne de la population.

C'est peut être votre cas,

Cela peut être le cas aussi de vos parents, de personnes âgées de votre entourage, plus souvent sujets de traitements pris sur du long terme. 

Comment gérer ce manque de sommeil ? Avec des médicaments pris exprès en ce sens ? 

Une étude parue en 1996 dans le British medical journal faisait état d'une mortalité réellement accrue chez les gens qui consomment régulièrement des anxiolytiques et des "médicaments hypnotiques".

http://www.bmj.com/content/348/bmj.g1996

Quelques phrases très parlantes sont extraites de cet article.

"We found statistically significant associations with mortality at all levels of study drug use"

Nous avons trouvé une relation statistique significative entre la mortalité et tous les niveaux d'utilisation de ces molécules.

"A clear dose-response association was found"

Une association dose réponse nette a été trouvée.

"Associations with mortality, and dose-response effects, were found for each of the three separate classes of study drug. 

Un association avec la mortalité, et un effet dose réponse, ont été trouvés pour chacune des classes de médicaments étudiées (note : ex : benzodiazépines, voir l'article pour les autres médicaments étudiés). 

"After excluding deaths in the first year, there were approximately four excess deaths linked to drug use per 100 people followed for an average of 7.6 years after their first prescription."

Après avoir exclu (c'est à dire ne pas avoir comptabilisé) les décès dans la première année, il y a eu approximativement un excès de décès, lié à la drogue, de 4 décès sur 100 personnes suivies pendant 7.6 ans

Un autre suivi plus récent sur plusieurs milliers de patients, cette fois au Canada, montre également un accroissement net de la mortalité. L'étude est résumée ici : https://www.eurekalert.org/pub_releases/2010-09/ul-uom090810.php. L'augmentation du risque de mortalité reste nette après avoir exclu plusieurs facteurs de confusion possible (tabac, niveau d'activité physique, etc.).

Bref, la mortalité est accrue en utilisant des anxiolytiques, des somnifères, et de façon dose dépendante ... Que faire ?

Dans un premier temps, ne pas arrêter le traitement d'un coup, mais en collaboration avec son médecin, il y a souvent des stratégies à suivre pour que le sevrage de ces types de molécules soit efficace et sans séquelles.

Ensuite ?

Si vous, ou vos proches, êtes diabétiques, l'idéal est de contrôler ou d'éliminer, parmi les facteurs de perturbation du sommeil ceux qui sont les plus facilement maîtrisables :

  • les médicaments connus pour ces effets, par exemple les statines qui aggravent les déséquilibres glycémiques (et qui génèrent aussi du DT2 chez des patients qui ne l'étaient pas : Statines = diabètes), mais sont aussi sources de perturbations du sommeil directement (perturbations cognitives fréquentes) ou indirectement (douleurs musculaires, perturbations de la glycémie, nombreux autres effets secondaires),
  • les angoisses liées aux diabètes ; les échanges avec votre diabétologue, les forums spécialisés, ou encore les séances d'éducation thérapeutique, peuvent être des bons moments pour faire un point général sur le traitement au quotidien, avec, pour l'éducation thérapeutique, plusieurs professionnels et d'autres patients, lors d'un séjour hospitalier uniquement dédié à cet aspect. En restant très prudent toutefois sur les approches anti cholestérol proposées par ces mêmes médecins.
  • les causes premières du diabète de type 2, via l'alimentation, quand ce n'est pas favorisé par les statines : Diabète de type 2 en rémission, à essayer le plus possible, Voir plus loin aussi pour les bénéfices sur le cerveau.
  • au moment du diagnostic, les causes premières du diabète de type 1Urgences dès le diagnostic ; Régime cétogène pour le DT1 ? (pour la partie alimentation sans gluten sans produits laitiers sans maïs présentés dans cette dernière page), méthodes dont ne peut garantir le résultat, mais avec des succès spectaculaires et qui sont à essayer au maximum, en collaboration avec le service de diabétologie, au moment du diagnostic du DT1, en raison de l'aspect rapidement irréversible de cette pathologie. En cas de succès, ce sont au moins autant les parents des enfants ou adolescents avec un diagnostic de DT1, qui feront moins de nuits blanches. 
  • pratiquer régulièrement une activité physique : cela a l'air banal, mais pourtant, en diminuant à terme des symptômes de dépression, en améliorant la prise en charge des diabètes, etc. cela peut faire la différence pour les personnes peu actives jusque là. 

Beaucoup d'autres méthodes sont disponibles chez des praticiens, dans des livres, articles, etc. 

Le sommeil est important et vital, c'est évident. Avec des durées de sommeil différentes selon les personnes.

Mais pourquoi est ce si important ? De nombreuses raisons sont connues ou suspectées. Une de ces raisons est en droite ligne avec des thèmes abordés plusieurs fois sur ce blog.

La revue Cerveau & psycho du mois de juin 2016 mentionne des travaux relatifs à un système nommé système "glymphatique".

En clair, c'est un système de drainage des déchets cérébraux. Le cerveau est un organe, qui absorbe des nutriments, filtrés par la barrière hémato-encéphalique. Et cet organe produit aussi des déchets. L'article indique que ces déchets correspondent, en une année, à environ le poids total du cerveau, de l'ordre de 1.4 kg.

D'après les auteurs, cette évacuation de déchets se fait surtout pendant le sommeil. Par le biais d'un espace périphérique des vaisseaux sanguins, spécifique au cerveau. Dans le détail, ce seraient des extensions des astrocytes qui entourent les vaisseaux sanguins (systèmes artériels et veineux) dans le cerveau et la moëlle épinière, qui délimiteraient cet espace péri-vasculaire. 

Le long des systèmes artériels, le liquide qui diffuse à travers les parois du vaisseau dans ce système périvasculaire, irrigue ensuite le cerveau.  Le système périvsculaire draine, le long du sytème veineux, ce liquide qui a récupéré des déchets, et en suivant les veines, conduit ce liquide jusqu'au système lymphatique. 

Ce drainage, avec évacuation de déchets toxiques, serait donc surtout efficace pendant le sommeil. Il serait très intéressant de savoir si cela fonctionne aussi, en totalité ou en partie, pendant les phases de relaxation, détente, etc. mais ce n'est pas abordé. Des déchets tels que la protéine bétâ amyloïde (suspectée d'être une des causes d'Alhzeimer, quand cette protéine, habituelle dans le cerveau, s'accumule de façon anormale) sont évacuées deux fois plus efficacement pendant le sommeil. 

 

Pour revenir aux somnifères, il a été montré que les benzodiazépines ... augmentent le risque de maladie d'Alzheimer !

http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/sommeil

Cela montre qu'au moins cette famille de molécules perturbe le fonctionnement du cerveau. Le mécanisme n'est pas indiqué, mais il est possible qu'une perturbation de ce système de drainage de déchets intervienne. 

 

Ces découvertes soulignent, au delà de la description de ce stystème de drainage, quatre points essentiels :

- l'importance potentielle de l'accumulation de déchets, à l'echelle de la molécule, pour le fonctionnement du cerveau. C'est d'ailleurs sur ces bases que le Dr Seignalet avait bâti sa théorie sur les maladies d'Azheimer, de parkinson et sur les démences à corps de Lewy. Sa méthode n'avait pu être appliquée que pour les deux premières maladies, avec succès. Ces observations ont pu être répétées depuis : Alzheimer, parkinson, ... aussi ! 

D'où l'intérêt d'essayer, ou de faire essayer à vos proches concernés, cette alimentation, avec un bémol. Je pense que dans les cas d'Alzheimer, de Parkinson ou de démence à corps de Lewy, et d'après les témoignages reçus ou entendus, il convient de démarrer ce régime Seignalet de façon progressive. Par exemple le premier mois, enlever strictement tous les produits laitiers, compléter le deuxième mois par un arrêt de tous les produits à gluten, et le troisème mois par un arrêt du maïs. Puis continuer, ou aider votre proche / votre patient à maintenir cette alimentation. 

- que ce soit par la génération de déchets, la destruction de neurones, ou la perturbation de la circulation cérébrale, plusieurs médicaments pourtant utilisés couramment peuvent énormément perturber le cerveau. Les benzodiazépines donc, mais aussi les anti-cholestérols. Pour mémoire, pour les anti-cholestérols : Précisions sur la maladie de Parkinson

- des observations très simples du corps humain, ici des observations de la circulation des fluides dans le cerveau, même effectuées avec des appareils de haute technologie, peuvent ouvrir beaucoup plus de perspectives pour la santé que des recherches focalisées sur des mécanismes à l'échelle moléculaire. Si les auteurs de l'article sur le système glymphatique évoquent des possibilités médicamenteuses, ou de tests diagnostics grâce à leurs découvertes, le point important est peut être avant tout la possibilité, non connue par ces auteurs, d'aider ce système d'évacuation des déchets cérébraux par une hygiène de vie adaptée, notamment le régime Seignalet, y compris quand la pathologie a débuté. 

- l'importance du sommeil, et l'importance de ne consommer de façon que très transitoire les molécules censées aider à dormir, pour permettre au cerveau de bien fonctionner. Pour les pertubations du sommeil liées à des problèmes de santé (du DT2 à la colite, de la gestion de l'après infarctus à l'asthme, etc. cf. articles et billets sur ce site), la mise en place d'une alimentation adaptée peut être une aide très précieuse : Alimentations qui marchent.

Commentaires (1)

BHW
Howdy fantastic blog! Does running a blog such as this take a lot of work?
I've no understanding of computer programming but
I was hoping to start my own blog in the near future.
Anyway, should you have any ideas or tips for new blog owners please share.
I understand this is off topic nevertheless I just needed to ask.
Many thanks!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau