Réunion inaugurale de l'AIMSIB - Suite

La matinée de cette journée est résumée ici : Réunion inaugurale de l'AIMSIB. Les interventions ont repris en début d'après-midi.

Comme pour la première partie, ce résumé n'est pas le compte-rendu officiel de l'association AIMSIB, qui paraîtra ultérieurement sur le site http://aimsib.org/wordpress/

Note du blogueur : 

Pourquoi conduite la réunion inaugurale à Lyon ? Je ne connais pas le principal critère, mais la Diet Lyon Heart Study, dite "étude de Lyon"  est une bonne explication.

Voir ce résumé très clair : http://aimsib.org/wordpress/2016/06/12/la-diete-mediterraneenne-pour-prevenir-les-maladies-cardiovasculaires/ , ou cette analyse http://cholesterol-statine.fr/lyon.html

Bref, Lyon est un haut lieu de la recherche sur les maladies cardio-vasculaires. Il est logique qu'une réunion - conférence sur la santé, et surtout sur les liens entre alimentation et santé, se soit tenue ici. 

Michel de Lorgeril 

C'est sous sa houlette que s'est tenue cette journée. Il lance l'après-midi, en rappellant les aveux de mensonge du scientifique Sir Rory Collins (http://michel.delorgeril.info/prevention-des-maladies-cardiovasculaires/la-confession-du-professeur-sir-rory-collins). En résumé, les chercheurs dans le domaine des statines ne s'étaient pas trop préoccupé jusque là des effets secondaires, pourtant très nombreux.

Le Dr de Lorgeril montre ensuite un graphique qui indique un taux de cancer plus élevé quand le cholestérol est bas.

La relation est très nette, et impressionnante. Un des problèmes pour appréhender cette relation cancer et cholestérol est que sur le laps de temps d'un essai clinique médicamenteux, en général 3 à 4 ans, l'effet favorisant des anti-cholestérols pour les cancers peut difficilement être vu. Ce sont donc des données qu'il faut s'efforcer de chercher, d'analyser et d'interpréter. Mais ces données existent.

Pour toutes et tous, encore plus si vous êtes médecin prescripteur de statines ou d'autres anti cholestérols, ou de régimes anti cholestérol, je vous engage à lire les ouvrages dans lesquels sont exposés les faits présentés ici par le Dr de Lorgeril. Par exemple, pour la relation très nette, référencée, entre cholestérol bas et cancer : http://michel.delorgeril.info/cholesterol/cholesterol-et-cancer/lhorrible-verite-sur-les-medicaments-anticholesterol.

Laurent Schwartz - Cancers 

Plusieurs vidéos expliquant très clairement les approches du Dr Schwartz sont présentes sur le net, je vous invite à les chercher. Les travaux du Dr Schwartz avaient été aussi abordés sur ce blog : Cancers, et euros

Un des principes de ses recherches est de comprendre le mécanisme principal de cette maladie, à l'aide des données disponibles.

Il classe la plupart des pathologies dans deux grandes catégories :

  • les maladies avec des augmentation de la pression (Glaucome, maladies inflammatoires, Polyarthrite, ...)
  • les maladies dégénératives, caractérisées notamment par une baisse du rendement énergétique de la cellule (Alzheimer, cancer, ...).

Les maladies du vieillissement sont plus ou moins liées à cette baisse du rendement énergétique. 

Le cancer est inclus dans ces maladies avec baisse de rendement énergétique. La cellule brûle mal l'énergie, se gorge de sucre, grossit, pour tenter d'améliorer le rendement énergétique. Rétablir ce rendement énergétique peut aider à renormaliser la cellule. 

Plus précisément, en rétablissant le fonctionnement normal des mitochondries, le rendement énergétique est amélioré. La cellule n'a plus besoin de consommer de grandes quantités de glucose, et ne se comporte plus comme une cellule cancéreuse.

Les tests, observations, résultats préliminaires sont tous très prometteurs. Il reste à réaliser un essai clinique avec quelques dizaines de patients. 

Note du blogueur : les cancers peuvent avoir des causes diverses (Cancer du sein ; Pollutions, cancers, diabète de type 2 et maladies cardiovasculaires ; Blé, laits, cancers : confirmations de liens), l'éloignement et la diminution des facteurs causals sont primordiales (tabac, pollutions, ...). Mais quelles que soient les causes, connues, supposées ou inconnues, les changements alimentaires devraient avoir une place de choix dans l'accompagnement des traitements..

Comme déjà dit ici : Cancers, et euros, il est incompréhensible qu'au vu des résultats préliminaires, les travaux du Dr Schwartz n'aient pas trouvé de sources de financement pour passer à la phase des essais cliniques. 

Pharmacovigilace - Dr Philippe Nicot 

Ce médecin exerce dans le Limousin. Il est aussi très impliqué pour l'évaluation des médicaments. Concernant les statines, il a effectué une déclaration de pharmacovigilance, pour son effet diabétogène en 2012. Il a pour cela minitieusement  vérifié le parcours de son patient, et déposé un dossier complet. En 2012, il s'agissait du premier cas signalé officiellement, par déclaration de pharmacovigilance, en France. Dans la même période, les agences du médicament américaine et européenne ont lancé des alertes sur ce thème. Cela a été suivi d'une flambée de publications sur ce sujet, sur les effets diabétogènes des statines. Auparavant, cet effet, non mentionné, n'était même pas recherché par les praticiens, ou le lien n'était pas envisagé. Les RCP de 2014 (Résumé des Caractéristiques des Produits) des statines indiquaient le risque de développer un DT2 une fois sur deux. 

Note du blogueur : celles et ceux qui suivent ce site savent que cet effet diabétogène est important, et inquiétant. Statines = diabètes. Cela est décrit ailleurs également : http://cholesterol-statine.fr/effets_secondaires.html, (puis descendre dans la page jusqu'au titre "diabète de type II"), ou là : http://michel.delorgeril.info/cholesterol/cholesterol-et-diabete/statines-et-diabete-suite. Je ne sais plus si le Dr Nicot l'a dit, mais étant donné la gravité potentielle de cet effet secondaire, il est étonnant, voire suspect, que cet effet secondaire n'ait pas été mentionné officiellement pendant des années (milieu des années 90 jusqu'aux années 2010), malgré le nombre important de patients traités sur du long terme dans le monde. Ce fait décridibilise les instances officielles chargées de l'évaluation des médicaments, et bien sûr les auteurs des études qui n'ont pas signalé ces effets, ou seulement de façon marginale. Les statines pourraient expliquer à elles seules une bonne partie du caractère "épidémique" des diabètes de type 2, et aussi de la difficulté à traiter les diabètiques traités par anti-cholestérols.

Le Dr Nicot indique que la difficulté est très grande pour faire reconnaître cet effet. D'où l'importance de la pharmacovigilance, par tous les praticiens, y compris pour des effets non aigus. A l'arrêt de la statine, la glycémie diminue et se rapproche de la normale. Ce n'est pourtant pas vraiment investigué à ce jour. 

Le quart d'heure suisse et l'humour belge 

Ce titre est facile, mais de fait, précision et humour étaient présents chez les deux intervenants. Que les présents du 30 mai me pardonnent, je ne réussirai pas à retranscrire toutes les sorties humoristiques.

Le Dr Rabaeus et le Dr Kostucki sont venus témoigner, respectivement depuis la Suisse et la Belgique. Les deux ont rendu hommage aux travaux du Dr de Lorgeril, travaux qui ont permis de démonter cette supercherie de la théorie du cholestérol coupable, et cette autre supercherie des bienfaits des médicaments anti-cholestérol. Le Dr Rabaeus a rappelé qu'au départ, de longues années en arrière, le Dr de Lorgeril insistait pour la prise de statines, avant de se rendre compte bien vite de l'énorme supercherie. 

Selon le Dr Kostucki, les cardiologues sont hypnotisés par les progrès de la cardiologie interventionnelle (note du blogueur : stents, angioplasties, ...); et restent très léthargiques pour les informations concernant les médicaments. 95 % des médecins et des spécialistes ne liraient que les résumés des articles scientifiques. 

Le Dr Rabaeus indique un dosage important : celui de la résistance à l'insuline. Cette résistance est très nette chez les patients qui prennent des statines. L'état de pré-diabète est pour le Dr Rabaeus un très bon critère pour stopper les statines. 

Dr Reliquet 

A l'arrêt des anti-cholestérol, le nettoyage est très fort pendant environ 3 semaines : les capacités de mémoire, d'équilibre, de réalisation d'activités mentales, par exemple de type sudoku, reviennent. 

Une des conséquence est ... la diminution des autres médicaments, qui étaient induits par la prise des anti-cholestérols : anti-dépresseurs, anti-diabétiques, etc.  

Témoignage de victimes 

Je n'ai pu noter l'ensemble des témoignages, très complets et sidérants. J'en rappelle les idées essentielles. 

M. de Langlades 

Après traitement par statines, ce chef d'entreprise très dynamique s'est retrouvé rapidement incapable de gérer son entreprise. Les défaillances étaient marquées, autant psychologiques que physiques. Il a pu retrouver ses capacités après arrêt du traitement.

M. Pascal Raton 

Après traitements par statines, ... descente aux enfers également, physique et morale. C'est pourtant une personne très sportive, et très organisée. La récupération de ces capacités est venue après arrêt du traitement. 

Note du blogueur : Dans ces deux témoignages, ainsi que dans les cas rapportés par les médecins présents, l'action de ces molécules sur la cognition, sur le moral, sur l'arrivée d'une dépression, paraît terrifiante. C'est pourtant une sorte de b à ba physiologique, le cholestérol est très important pour le système nerveux, notamment pour le cerveau. C'est clairement exprimé sur ce lien : http://michel.delorgeril.info/cholesterol/cholesterol-et-cerveau/le-cerveau-aime-le-cholesterol. 

Mais c'est surtout une des bases, apprise dans les premières années de formation,pour chaque praticien. Le cholestérol est une molécule fondamentale de la vie, et du système nerveux ... entres autres. Chaque médecin, chaque cardiologue, chaque endocrinologue, etc. devrait connaître cette physiologie, et être d'autant plus prudent dans la prescription de médicaments ou de régimes anti-cholestérols. Chaque praticien devrait être capable de réaliser un dossier de pharmaco-vigilance pour les effets secondaires sur la psychologie, c'est aussi nécessaire que la réalisation de dossiers de pharmaco-vigilance pour l'apparition de diabètes de type 2. Et devrait savoir stopper le traitement, que ce soit ce praticien ou un de ses collègues qui l'ait instauré. 

Efficacité et effets secondaires de plusieurs médicaments

Un des intervenants a évoqué à ce moment la rémunération sur objectifs : des médecins sont payés pour prescrire des statines chez les diabétiques. 

Note du blogueur : j'ai cherché sur le net, la rémunération sur objectifs est identifiée ici : http://www.ameli.fr/fileadmin/user_upload/documents/N212012_post_idm_Pathologies_chroniques_230812_3.pdf. C'est issu de cette page : http://www.ameli.fr/professionnels-de-sante/medecins/votre-convention/remuneration-sur-objectifs-de-sante-publique/, puis suivre les lien "ROSP Cardiologie et maladies vasculaires".

En résumé, des médecins sont incités financièrement à traiter par des médicaments inefficaces et dangereux (les anti cholestérols) et aussi par d'autres parfois mal évalués Médicaments avant et après les années 2000. Je n'ai pas retrouvé dans les documents de l'assurance maladie, une ROSP = "rémunération sur objectifs de santé publique", spécifique aux diabétiques, mais uniquement pour la prévention secondaire (cela concerne les traitements instaurés après un premier infarctus).

Toutefois, dans ma longue pratique de patient, j'ai déjà entendu des diabétologues parler du traitement par anticholestérol chez des diabétiques, comme une quasi-prévention secondaire, sans que pourtant aucun infarctus, ou aucune alerte de ce type ne soit connu.

Ce qui est vraiment dangereux avec un médicament diabétogène. Si des praticiens bons connaisseurs des ROSP et des pratiques associées me lisent, je serai ravi d'avoir leur avis à ce sujet, à savoir quelles sont les recommandations qui leur sont faites pour les anticholestérols chez les diabétiques, et est-ce qu'il arrive souvent que la définition de la prévention secondaire soit aussi fluctuante ?

Le Dr Nicot signale d'autres problématiques avec les médicaments, aussi mal prises en compte que pour les anti-cholestérols : par exemple des neuroleptiques de dernière génération, diabétogènes (je n'ai pas entendu le nom des molécules, mais la clozapine et l'olanzapine sont connues pour être diabétogènes), ou encore l'olmesartan, anti-hypertenseur le plus prescrit en France, sous plusieurs noms de médicaments, qui peut provoquer des entéropathies sévères. Sur le net on peut trouver ça à ce sujet : http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/L-ANSM-rappelle-le-risque-d-enteropathies-graves-chez-certains-patients-traites-par-l-olmesartan-Point-d-information2. 

Note du blogueur : cette information est importante pour toutes les personnes qui ont pris un anti hyerpetenseur, et qui ont développé ensuite une maladie intestinale de type maladie coeliaque, ou maladie de Crohn. Il faut vérifier, avec son médecin si besoin, si l'anti-hypertenseur est un des olmesartans présents sur le marché.

Le Dr Kostucki parle du N.N.T. Number Needed to Threat. C'est à dire le nombre de personnes qu'il faut traiter pour en sauver une. 

Note du blogueur : c'est une donnée majeure. Le Dr Kostucki a parlé de site interet dédié à cette notion, je pense que c'est celui qui suit (en anglais). C'est très intéressant. Par exemple, voir la différence du nombre de personne à traiter, par statine, ou par régime méditerranéen, pour sauver une vie http://www.thennt.com/nnt/mediterranean-diet-for-post-heart-attack-care/.

L'auteur de ce lien indique "To compare saving a life post-heart attack with this diet (NNT= 30) and with statins (NNT=83) suggests that diet is nearly three times more powerful as a life-saving tool". Traduction : "en comparant un vie sauvée après un infarctus, avec cette diète (NNT = 30) ou avec des statines (NNT = 83), cela suggère que cette diète est presque trois fois plus efficace comme outil pour sauver des vies".

Au passage : que valent des médicaments qui nécessitent le traitement de plus de 80 personnes pour en sauver une? Et selon des études qui la plupart du temps ne mentionnaient que peu d'effets secondaires, donc biaisées? Pour les connaisseurs, dans des études réalisées par définition non en double aveugle, puisqu'une simple prise de sang permet de savoir qui est traité ou non par un anti cholestérol Ce site sur les NNT est à parcourir absolumment par les médecins, qui pourraient avoir d'autres surprises, par exemple pour les béta bloquants, pourtant ultra réputés : http://www.thennt.com/nnt/beta-blockers-for-heart-attack/. Aucun effet sur la mortalité dans cet exemple !

Plusieurs des intervenants à cette réunion ont cité dans les jours qui ont suivi cet article : http://bmjopen.bmj.com/content/6/6/e010401.full.pdf+html, je glisse donc cette info dans le compte rendu de réunion.

Ca dit qu'après une analyse fouillée des données existantes, c'est à dire des études cliniques qui ont été réalisées, ici pour les plus de 60 ans, ce qui est lié à une mortalité plus élevée ce n'est pas d'avoir un LDL haut, ... mais un LDL bas! Le contraire de ce qu'on nous raconte depuis longtemps. 

Beaucoup de scientifiques et de médecins tentaient de faire passer, sans succès, données à l'appui, ce genre d'infos, que d'abaisser le cholestérol était dangereux, dans les revues médicales depuis un moment. Aujourd'hui, cette info, qui remet en cause les pratiques médicales actuelles, passe dans une de ces revues. Est-ce que quelque chose craque dans ce monde des anti cholestérols, qui paraît bien rempli de conflits d'intérêts ? Des commentaires à lire : http://michel.delorgeril.info/prevention-des-maladies-cardiovasculaires/les-british-vont-ils-sentretuer-ailleurs-quautour-des-stades-de-foot#comments, lire les posts qui suivent aussi, pour préciser que l'auteur de l'article du bmj insiste trop régulièrement sur les graiusses saturées, pourtant néfastes en excès pour d'autres raisons que le cholestérol. 

 

Je n'ai pu tout écouter des interventions suivantes, je n'en cite que quelques brefs passages. Vous pouvez chercher des infos sur le net au sujet de ces intervenants pour compléter les bribes d'informations qui suivent. 

Marion Kaplan 

Mme Kaplan est une auteure très connue pour ses livres relatifs à la santé et à l'alimentation. Elle a cité plusieurs exemples de cas courants mais méconnus par les patients et les médecins, par exemple la relation entre le chute du taux d'oestrogènes, et la vidange moins efficace de l'estomac, surtout à la ménopause. 

Thierry Souccar 

Très connu également, en tant que journaliste scientifique, que responsable du site http://www.lanutrition.fr/, en tant qu'auteur de multiples livres sur les liens alimentation / santé, et en tant qu'éditeur de nombreux livres sur ce thème. 

Il indique que l'industrie agro-alimentaire a un budget nettement supérieur à celui de l'industrie pharmaceutique, et donc une influence énorme, y compris sur les allégations santé. Il cite plusieurs exemples.

Augustin de Livois 

L'herboristerie a été interdite. La vente de compléments alimetaires a considérablement augmenté. Il voit là un espace juridique possible dont pourraient profiter les herboristes.

Jacques Minelli 

Il connaît bien les circuits de l'agriculture bio. Il a eu la délicatesse de ne pas mettre en avant, lors de son discours, la chaîne de magasins dans laquelle il travaille, et n'a parlé que d'exemples concrets. L'intervention était riche et intéressante, je n'ai pu la noter, j'espère que ça pourra êre repris dans le compte rendu officiel de l'AIMSIB. 

 

Mme la présidente de l'AIMSIB, qui a su tenir la réunion toute la journée dans les délais impartis, avec l'ensemble des membres de l'association et du Dr de Lorgeril, a conclu cette journée. Plusieurs membres de l'AIMSIB ont aussi oeuvré "en coulisse", et ont contribué à ce grand succès.

Quelles seront les suites de cette journée ? 

Le principe d'autres journées de ce type a été retenu, sans date ni localisation à ce jour. De mon côté, je verrai s'il est possible d'organiser une rencontre de ce type, avec une ou plusieurs des thématiques de cette journée, à Tarbes. Je lance un appel à ce sujet aux tarbais, et proches, jusqu'à Pau, pour connaître des salles d'assez grande capacité, avec possibilités de projection, et qui ne soient pas d'un coût prohibitif. L'idée n'est pas d'assommer les gens avec le prix d'entrée, mais de permettre au maximum de gens intéressés et concernés, ce qui représente beaucoup de monde, d'y assister. Contactez moi pour ça par le biais de cette adresse  : olivier.callet5@gmail.com

LAIMSIB sera peut être obligée, dans un premier temps, de se recentrer sur la problématique du cholestérol. Ce recentrage est nécessaire pour plus d'efficacité, mais dommage aussi, en raison des nombreux besoins dans le domaine de la santé, et de la recherche médicale.

Remerciements à tous les membres de l'AIMSIB 

Je ne citerai personne précisément, par crainte d'oublier du monde, mais je le répète encore une fois, réussir à réunir autant d'intervenants de qualité, à nourrir tout le monde et à étancher la soif des présents, soif physique aussi bien qu'intellectuelle, et à contenir l'ensemble dans le temps imparti, n'était pas une mince affaire. Bravo et merci donc à toute l'équipe et à sa présidente. 

Commentaires (1)

Inoxydable
  • 1. Inoxydable | 26/06/2016
Bravo Olive verte. Excellent résumé de la journée avec pas mal de détails en plus. Je n'ai pas pris note de tous les intervenants, et votre texte me rappelle bien cette journée dont le moins qu'on puisse dire qu'elle était enrichissante.
Je regrette simplement de ne pas vous avoir identifié, je suis arrivé un peu en retard, sans doute les présentations étaient faites. Tant pis, les absents ont toujours tort.
Cela aurait été intéressant de s'identifier sur les photos de groupe, mais je crois que l'anonymat est parfois préférable. Pour ma part je me situe sur la gauche avec mon épouse : Tous deux porteurs de lunettes, moi tête massive, cheveux "gris" et courts, barbe poivre et (beaucoup de) sel , taille quatre jours.
Bon ça n'a pas d'intérêt, mais peut-être ai-je discuté avec vous sans le savoir... Salutations amicales et AIMSIBIENNES;.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau