Précisions sur la maladie de Parkinson

Un billet précédent permettait d'aborder la maladie de Parkinson, comme la maladie d'Alzheimer : Alzheimer, parkinson, ... aussi !

De nouvelles données complètent ce qui était dit.

Elles proviennent du livre du Dr de Lorgeril "l'horrible vérité sur les médicaments anticholestérol", un livre très détaillé et très bien référencé sur les rôles biologiques du cholestérol, ainsi que sur les - nombreuses - maladies que peut favoriser un traitement anticholestérol. Il a synthétisé les données sur ces liens entre choletérol trop bas et risque augmenté de Parkinson. 

Dans un blog, ça ne se fait pas de recopier des pages entières d'un auteur, j'en resterai aux grandes lignes.

Une étude réalisée il y a quelques années montrait qu'avec un suivi de plusieurs années, le traitement anticholestérol augmente, triple quasiment, le déclenchement de la maladie de Parkinson. D'autres auteurs d'autres études avaient écrit le contraire. Ce qui est logique, puisque dans les autres études, ce qui était mesuré, c'était la protection d'un cholestérol élevé par rapport au Parkinson, à court terme.

Avec un suivi plus long, cette protection relative du cholestérol disparaît tandis qu'il baisse, et au final, après plusieurs années , le nombre de parkinsoniens augmente.

En termes biologiques, plusieurs explications sont possibles. Le cholestérol est un composant indispensable du cerveau : des neurones, des astrocytes, des manchons de myéline, des récepteurs synaptiques. En raison de la barrière hémato-encéphalique (un "filtre" des parois artérielles, qui ne laisse passer que relativement peu de substances dans le cerveu, pour le protéger), s'il y a diminution trop forte dans le cerveau, le corps ne peut pas réapprovisionner le cerveau. Donc, une ou plusieurs de ces structures peuvent être affectées, peu importe, c'est à la source du problème qu'il faut aller. 

Le livre du De de Lorgeril est en français, sinon les liens existants sont en anglais :

http://www.neurologytimes.com/cholesterol-disorders/statins-maybe-not-wonder-drug-parkinson ; 

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18381649

Ce qui a été mesuré, c'est la baisse du cholestérol. Avec des médicaments, la baisse est nette et régulière. Il n'y a pas de données à ma connaissance pour des régimes anticholestérols, mais on peut penser qu'à long terme, les mêmes mécanismes pourraient se mettre en oeuvre, 

En résumé, au delà, selon la sensibilité et les possibilités de la personne, de l'adoption du régime méditerranéen, ou mieux de l'alimentation Seignalet, Alimentations qui marchent, il faut veiller à ne pas trop diminuer les apports en cholestérol de l'alimentation (oeufs par exemple, viande, ...) sans tomber dans l'excès inverse.

Ensuite, parmi les substances utilisées par l'organisme, le magnésium joue un rôle central, y compris pour la synthèse du cholestérol. En informant votre médecin, vous pouvez prendre du magnésium pour aider les réactions enzymatiques nécessaires.

Plusieurs formes exsitent, deux peuvent être intéressantes : le Nigari, sel de magnésium à diluer dans de l'eau, ou dans du jus de fruit (dans ce cas, attention aux glycémies si vous êtes diabétique ou pré-diabétique), ou dans du jus de citron pressé rallongé avec un peu d'eau, et à boire régulièrement. Le goût est ... surprenant, atténué par le citron, mais le jeu en vaut la chandelle. 

Soit sous forme de compléments, voir dans Liens les adresses qui paraissent les plus sérieuses. Les compléments en pharmacie par contre sont souvent sous-dosés, ce qui représente un coût très élevé ramené à la quantité de substances. Mieux vaut passer par un des liens donnés, ou d'autres sources fiables si vous en connaissez.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau