vascularite

Confirmation pour la maladie de behcet, une vascularite

La maladie de Behcet n'est pas un nom de maladie très connu, mis à part dans quelques épisodes du Dr House, ou pour les gens chez qui cette maladie est suspectée, et bien sûr ceux pour qui le diagnostic est confirmé.

La maladie de Behcet est parfois de diagnostic difficile, car les atteintes concernent plusieurs tissus, les atteintes multiples peuvent être différées, un des symptômes classiques peut manquer, le médecin peut penser que cette maladie est surtout méditerranéenne, et donc ne pas concerner une personne si elle vient d'ailleurs, etc.*

Pour plus de détail : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_de_Beh%C3%A7et

Les aphtes nombreux et récurrents sont un des moyens de diagnostic.

Elle est classée parmi les vascularites : atteintes pathologiques des vaisseaux sanguins. Vascularites

Il existe plusieurs sortes de vascularites, et celles pour lesquelles le régime Seignalet a été essayé y semblent très sensibles : l'alimentation Seignalet permet de mettre en rémission la plupart des symptômes, sur du très long terme (cf. texte et vidéo dans le lien précédent).

Et pour la maladie de Behcet ? Le Dr Seignalet faisait état de rémissions parfois spectaculaires.

Un nouveau témoignage vient le confirmer : http://www.lappart-des-spasmos.fr/forum/behcet-2-ans-apres-t20845.html

Rémission qui dure depuis deux ans grâce à l'alimentation Seignalet. 

Si vous êtes atteint de la maladie de Behcet, et quelque soit votre traitement en cours, essayez cette alimentation, vous avez tout à gagner. C'est la même chose pour les autres vascularites.

Il faut garder son traitement médical dans un premier temps. Quand le régime permet de bien diminuer les symptômes, revoyez la posologie du traitement avec votre médecin. 

Lire la suite

Nouveautés, et pourquoi faire confiance à ce site ?

Méthodes pour suivre les informations santé

Les informations sur la santé sont parfois contradictoires, et la prudence est de mise. Alors, pourquoi croire en les infos données sur site : Page d'accueil, plutôt qu'un autre ?

Un exemple : après avoir lu très en détail les données existantes pour un médicament "miraculeux" - le Pradaxa - pour les personnes atteintes de Fibrillation Auriculaire (= FA : problème au niveau des contractions des oreillettes du coeur. Les spécialistes pensent que c'est surtout lié à l'âge, d'autres causes sont discutées - cette FA augment le risque de formation de caillots dans l'oreillette, et donc l'embolie cérébrale = envoi de caillots dans les artères qui irriguent le cerveau, avec risque d'AVC ischémique), j'ai fortement conseillé à un proche d'en parler à son cardiologue, pour changer de type de molécule. La personne n'a pas osé faire cette demande au spécialiste. Environ 4 à 5 mois plus tard, au début du rdv, le même cardiologue était en train d'appeler, un peu affolé, ses patients qui prenaient cette molécule, pour en changer. Ce qui veut dire que pendant les mois précédents, bien que les données aient été toutes disponibles, il se basait sur des recommandations officielles, elles mêmes basées sur des données peu fiables. Au détriment des patients.

La lecture minutieuse des textes du Dr de Lorgeril d'une part (cf. Liens), et des études cliniques pourtant utilisées par des cardiologues pour défendre ce produit d'autre part, étaient très convaincantes pour demander en urgence un rdv chez le cardiologue pour changer de molécule. Cette molécule est toujours prescrite par plusieurs médecins, mais beaucoup moins qu'auparavant. 

Tout ça pour illustrer que dans le domaine de la santé, vérifier les affirmations, faire le tri, est primordial. Ca ne veut pas dire qu'il faut tout refuser - dans le cas d'une FA, un traitement est nécessaire - mais qu'il faut s'assurer que le médecin, y compris un cardiologue, connait réellement dans le détail les produits qu'il prescrit. Et pas qu'il suive de façon automatique les recommandations officielles, parfois discutables, ni uniquement les conclusions du dernier congrès à la mode en général largement sponsorisé par l'industriel qui fabrique la molécule incriminée. Ceci est vrai en médecine classique comme pour plusieurs médecines alternatives, les commerciaux ne sont jamais très loin.

Sur ce site, je vérifie toutes les infos données. Certaines, notamment le régime Seignalet, fautes d'investissement public, n'ont pas fait l'objet d'investigations scientifiques classiques poussées (grandes études avec des centaines de patients), et les vérifications sont moins aisées dans les publications scientifiques habituelles. Mais le faisceau de témoignages récurrents (par milliers), les données biologiques, les données épidémiologiques (par ex. le suivi des populations à Okinawa, dont la base alimentaire traditionnelle est assez proche du régime Seignalet), les quelques études cliniques qui s'en rapprochent (exemple du lien entre le gluten et le diabète de type 1 dans cette page Urgences dès le diagnostic) confèrent tous une incroyable vigueur aux explications du Dr Seignalet, avec une confirmation dont rêve tout scientifique : la méthode proposée marche, fonctionne, dans les modalités et les proportions de succès annoncés dès les années 90 par le Dr Seignalet.

Enfin, des formations spécifiques en parallèle encore aujourd'hui  : CV détaillé, m'aident à suivre cette actualité scientifique. 

N'hésitez pas à poser des questions, par exemple à l'adresse de contact :olivier.callet5@gmail.com, que vous soyez patient ou médecin. Je ne jouerai surtout pas le rôle d'un médecin de substitution, mais pourrai donner, par rapport aux questions posées, les éléments disponibles dans la littérature, avec des commentaires, pour que chaque patient puisse avoir une discussion approfondie avec son médecin si besoin. Au-delà des données affichées sur ce site, d'autres, par manque de temps, ne sont pas exploitées, mais pourront servir lors déchanges privés.

Je pourrai dans quelques cas proposer une réponse contre dédommagement du temps passé. Et dans tous les cas où cela sort de ma compétence, je le mentionnerai dès le départ. 

Lire la suite