cuisson

DT 2 confirmation des bienfaits de la diète hypotoxique

Quleques succès du régime Seignalet sont décrits sur la page Témoignages DT2. Est ce que ça été confirmé ensuite ?

Quand l'alimentation hypotoxique est suivie

Monsieur Jean Marie Magnien, auteur de l'ouvrage "réduire au silence 100 maladies grâce au régime Seignalet" a eu l'amabilité de me confier de nouveaux résultats - anonymes bien sûr - plus récents que la parution de son ouvrage. Il s'agit d'une personne atteinte d'un cancer de la prostate, et d'un DT2.

En résumé : à l'âge de 55 ans, le DT2 se déclare. Il est traité par sulfamide (Gliclazide ; générique de Diamicron)

Les glycémies à jeun sont bonnes au départ, puis augmentent un peu; le patient est alors traité 2 ans plus tard. Les mesures d'HbA1c varient entre 5.7 et 6,8.

Le patient adopte alors progressivement le régime Seignalet + compléments alimentaires - pour un cancer de la prostate -, 6 ans après la découverte du DT2, et 4 ans après la mise en place du traitement oral. La situation s'améliore. Les HbA1C varient entre 5,2 et 6,4 (valeur la plus haute, au début), avec une moyenne à 5.6, sur 3 années consécutives. Les glycémies à jeun restent dans les clous, entre 1.04 et 1.25 pour la plus haute. Le médecin traitant arrête le traitement oral 2 ans et demi après le début du régime Seignalet.

En parallèle, l'hypoertension, pour laquelle il est aussi traité, diminue. Ce qui conduit le médecin à diviser par 4 le traiement. M. magnien précise qu'il a observé ce phénomène non systématiquement, mais très souvent, grâce au régime Seignalet. Il met notamment en avant la suppression des produits laitiers et le magnésium dans les compléments alimentaires. 

Il est nécessaire de suivre l'évolution de sa tension, pour que le médecin puisse adapter le traitement, ici à la baisse, voire le supprimer. 

Enfin, aux dernières nouvelles, ce patient, son cancer de la prostate, son diabète, ainsi que le cancer du côlon de sa femme (sous chimiothérapie, et qui a mis en place aussi le régime Seignalet + compléments alimentaires), vont bien. La médecine classique a joué son rôle, en protégeant pour partie ce patient des complications du diabète de type 2, puis l'apport du changement alimentaire a permis plus efficacement de renverser la tendance.

Lire la suite