Diabète et sports dits extrêmes

Les bienfaits d'une pratique sportive régulière adaptée à la personne sont évidents pour les diabétiques. 

Cela devient difficile pour les diabétiques curieux ou passionnés des sports dits extrêmes : méconnaissance des dirigeants de clubs, des encadrants ou des fédérations, ou parfois de médecins. 

Cela évolue grâce aux pratiquants passionnés et à des médecins investis. Il est possible maintenant de pratiquer ces sports, sous réserve de certaines précautions bien sûr. Les hypoglycémies brutales, aussi bien que les montées rapides de glycémie, qui arrivent parfois quand on commence l'activité avec pas assez d'insuline dans le corps, restent une possibilité. Tout cela est gérable avec les bons conseils et une auto-surveillance adaptée.

Plusieurs liens ou exemples de ces sports pratiqués par des diabétiques ; Plongée en bouteilles, Escalade, Kite surf, BMX, sont donnés dans ce lien http://diabetes-extremesports.com/fr/

Par rapport à la situation que j'ai connue dans les années 80 - 90, il s'agit là aussi d'une vraie révolution. Pas une révolution scientifique, quoique, puisque la connaissance a progressé grâce à ces pratiques, mais une vraie révolution comportementale. Les progrès technologiques pour la mesure de la glycémie ont beaucoup aidé. 

Plus jeune (il y a environ 20 - 25 ans), et déja diabétique depuis longtemps, j'ai beaucoup pratiqué la randonnée sous-marine, en palmes masque tuba (dite PMT, ou encore snorkeling), alors que la bouteille en plongée était interdite. Cette plongée en PMT m'était aussi très largement déconseillée en tant que diabétique

J'aurai adoré à cette époque disposer de liens vers des structures sportives efficaces aussi pour les diabétiques. Profitez en, ces moniteurs et/ou pratiquants ont de plus en plus de recul sur la question : gestion des hypoglycémies, matériel adapté pour mesurer les glycémies, etc.

Pour revenir au PMT, palme masque tuba, je ne sais pas s'il y a des moniteurs qui peuvent briefer et accompagner des diabétiques de type 1, mais ne vous y lancez pas comme ça à l'aveugle. Renseignez vous d'abord auprès de pratiquants confirmés, Il y a aussi des forums spécialisés où l'on peut déjà dénicher des informations utiles. Les moniteurs de snorkeling, parfois dans des clubs de plongée, mêmes non spécialisés "diabète de type 1" peuvent être une mine d'infos, ainsi que les habitués locaux.

Sentir le courant et partir à contre sens pour faciliter le retour ; ne pas se lancer dans l'hyperventilation avant de plonger (le cerveau risque de ne plus se rendre plus compte quand le taux d'oxygène est trop bas) ; ne pas enchaîner les plongées trop rapides ; connaître les risques du "mur des 7 mètres" à la remontée pour ceux qui plongent profond ; éviter de mettre la tête en hyperextension quand on remonte ; faire attention à la confusion des sensations due à l'apnée ou à la pression, qui peut altérer la perception de son état glycémique : respirer régulièrement à plein en enlevant le tuba ; adopter un rythme souple et ne pas forcer ; ne pas y aller quand on ne le sent pas, etc.

Pour le passage de la pompe à insuline au schéma de remplacement, voyez avec votre diabétologue et avec les pratiquants de plongée bouteille par exemple. 

Renseignez vous, au-delà du diabète, sur les précautions à prendre, sur le matériel, avant de vous lancer.

Et pas besoin de se lancer dans des risques inutiles pour voir des choses sympa : en restant en majorité dans 2 à 3 mètres d'eau, j'avais pu voir des espèces réputées rares ou profondes. Pour les connaisseurs, j'avais vu des Corbs (moins rares maintenant il me semble), des Anthias, 1 Murène (pas "l'immense poisson agressif qui tente d'arracher des doigts" que décrivaient pleins de jeunes plongeurs, celle-là était très modeste, craintive et très bien planquée), 1 jeune Mérou, 1 banc de Barracuda (Bonifacio) ...

Bref, les diabétiques peuvent se faire de plus en plus plaisir en toute sécurité. 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau