Article du monde sur le lait

Plusieurs personnes m'ont demandé que penser de cet article paru dans le monde il y a quelques semaines :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/02/12/faut-il-boire-du-lait_4574590_4355770.html

Pour résumer rapidement ce billet : article du journal Le Monde intéressant, mais très incomplet. Pour répondre à la question "faut il boire du lait ?", cela dépend surtout de deux éléments, peu abordés : pour quoi faire ? et A qui est posée la question. 

Pour répondre plus en détail à cette question, plusieurs repères sont nécessaires.

La chronologie des évènements aide à y voir plus clair. Chronologie que je résume pour la France et les pays francophones, avec des scientifiques très largement à la pointe de ces travaux. 

Années 90 :

Régime hypotoxique = régime Seignalet

- le Dr Seignalet, spécialiste reconnu du système immunitaire, médecin et chercheur, établit un lien entre l'alimentation et plusieurs maladies auto-immunes. Le taux de rémission obtenu pour des pathologies parfois lourdes et handicapantes, douloureuses, est très fort. Au dessus de 70 à 80 %, avec un recul de plusieurs années. Parmi les aliments incriminés, tous les produits laitiers, les céréales à gluten et assimilées (blés, avoine, orge, tous les épeautres, ...), le maïs, les produits trop cuits, les huiles raffinées. Qui favorisent chez une fraction de la population, une perméabilité intestinale accrue, et surtout une flore bactérienne pathogène, qui contribue aux maladies auto-immunes. Suite aux premiers succès sur ces maladies (Polyarthrite rhumatoïde, Spondyaarthrite ankylosante, Goujerot-Srogen, ...), le Dr Seignalet a investigué d'autres pathologies qu'il a classées en deux grandes catégories.

Ces classifications ne sont pas scientifiques, mais très parlantes.

Les maladies "d'encrassage" : la digestion perturbée laisse passer dans le sang des macromolécules, qui ne déclenchent pas de maladies autoimmunes, mais qui s'accumulent dans certains organes, selon leur structure. le fonctionnement de l'organe est à terme perturbé ; tendinites récurrentes, (voir mon témoignage ici Mon parcours), fibromylagies (encrassage de tissus tendineux, musculaires, et cérébraux - neurones, astrocytes), arthrose (voir le témoignage de la scientifique candienne Jacqueline Lagacé, et les nombreux témoignages répercutés sur son site : http://jacquelinelagace.net/livres/livre/ ; http://jacquelinelagace.net/temoignages/), encrassage des structures cérébrales, pour les maladies d'Alzheimer ou Parkinson ( Alzheimer, parkinson, ... aussi !), plusieurs types de migraines et de céphalées, http://jacquelinelagace.net/2013/07/17/un-temoignage-impressionnant-de-sophie-migraines/ ; http://www.thierrysouccar.com/sante/info/les-miracles-du-regime-seignalet-corinne-d-temoigne-670, diabète de type 2 (encrassage possible dans plusieurs organes/tissus : foie, muscles, pancréas, ...) DT 2 confirmation des bienfaits de la diète hypotoxique, etc.

Les maladies "d'élimination" : certaines des molécules passées dans le sang sont prises en charge et évacuées par des globules blancs spécialisés (rôle non reconnu à ce jour par tous les immunologistes, mais qui correspond à des observations biologiques fines). Selon la quantité, la structure de ces molécules, et les personnes concernées, ces molécules peuvent être expulsées du corps via des muqueuses. Ce mécanisme peut devenir pathogène, de façon plus ou moins grave selon les organes concernés. Pour la peau : plusieurs formes d'eczéma et de psoriasis - voir les différents témoignages sur cette page http://jacquelinelagace.net/2013/01/14/temoignage-de-filippo-psoriasis-polyarthrite-rhumatoide/, plusieurs formes d'acné, y compris acné sévère http://www.jemangemieux.com/je-debute/temoignages/acne-seignalet-ma-reappris-vivre.html, v(oir les premiers témoignages dans le lien suivant, ensuite ce sont de discussions) http://forum.doctissimo.fr/sante/acne-psoriasis/regime-seignalet-resultats-sujet_155325_1.htm. Pour les poumons : Broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et asthme. la BPCO est connue pour être largement favorisée par le tabac. C'est une maladie qui peut être terrible. Ce n'est pas très intuitif, mais pourtant les changements alimentaires ont un rôle majeur. Exemples, http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/bien-manger/les-regimes-sante/le-regime-sans-gluten-et-sans-caseine/temoignage-reduire-au-silence-les-douleurs-grace-au-regime-seignalet.html (la vitamine B9 citée ici, en plus du régime alimentaire, a servi dans un cadre particulier, trop méconnu des médecins), Maladies associées : l'asthme ; Compléments pour l'asthme et les maladies respiratoires, Pour l'appareil digestif, la maladie de Crohn, parfois si pénalisante, les témoignages sont d'autant plus importants : http://jacquelinelagace.net/tag/maladie-de-crohn/, ou les colites - colopathies fonctionnelles (sauf la RCUH, moins sensible à ce régime alimentaire), http://www.jemangemieux.com/temoignages-par-maladie/colite.

Quelques maladies cumulent deux ou plusieurs de ces mécanismes. Behçet - cumul de processus auto-immun et de processus d'élimination via des aphtes généralisés (témoignage issu du livre http://www.jemangemieux.com/je-debute/temoignages/maladie-de-behcet-mon-mari-retravaille.html), SAPHO, http://maladiedesapho.e-monsite.com/pages/mon-parcours-temoignage.html

Les témoignages cités, parfois impressionnants, ne sont qu'une infime partie des témoignages disponibles. Les travaux ont été présentés d'abord dans un livre, réédité en plusieurs fois au fur et à mesure des résultats sur de nouvelles maladies. Puis de nouveaux témoignages, nombreux, largement répercutés sur le net. Dans les sites ci-dessus, ou http://www.lappart-des-spasmos.fr/

Parmi les listes les plus complètes de pathologies concernées : http://seignalet.fr/index.php/le-regime-seignalet/comprendre-le-regime-seignalet/les-principes-du-regime (tableaux en milieu de page).

Pourtant ces travaux restent trop méconnus. Pas de complot pharamceutique, comme on l'entend parfois, mais plutôt une énorme inertie scientifique, et une méconnaissance des liens nutrition santé, en dehors de quelques cas particuliers. 

Régime méditerranéen

Cela faisait très longtemps que le régime méditerranéen était réputé bon pour la santé. Notamment suite aux travaux d'un Monsieur Ancel Keys, quelques décennies plus tôt, qui comparait la durée de vie entre plusieurs pays ou régions, dont les Etats Unis et la Crète. Si malheureusement ces travaux avaient très orientés "cholestérol", ils ont permis de démontrer l'énorme différence entre la mortalité totale et surtout cardiovasculaire, entre ces lieux géographiques. D'autres suivis ont montré plus tard que ce qui comptait, c'était le mode de vie, et pas ou peu la génétique. les migrants d'une région où l'on vit longtemps en bonne santé, acquièrent le même profil de mortalité que leur pays d'accueil en très peu de générations. 

Grâce à ces données, le régime méditerranéen était devenu paré de beaucoup de vertus préventives. Dans les années 90, Un scientifique de l'Inserm, Serge Renaud, et le Dr de Lorgeril, se sont attachés à construire un essai clinique irrépochable méthodologiquement, pour démontrer la vertu du régime méditerranéen après un infarctus (les spécialistes parlent de prévention secondaire, la prévention primaire étant la prévention pour les gens qui n'ont pas déjà eu d'infarctus).

Puisque le taux de survie après un infarctus était relativement limité, il fallait agir. Et très important, ils ont établi un essai clinique avec une alimentation globale (le régime méditerranéen), un équilibrage des apports en omégas 3 et 6, sans se soucier un instant de corriger le cholestérol. Et les résultats furent extraordinaires. Ceux qui suivaient les actualités générales, ou scientifiques, au milieu et à la fin des années 90, se rappellent peut être du bruit que cela avait fait dans les médias. 

Un résumé de l'étude en anglais : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9989963 ; le texte complet, en anglais : http://circ.ahajournals.org/content/99/6/779.full.pdf. Une survie nettement améliorée pour la mortalité cardiovasculaire, mais aussi pour les cancers en général. Pour un essai qui ne durait "que" 4 ans. C'est à dire que les changements alimentaires ont un effet très rapidement visible sur la santé, y compris pour des maladies réputées longues à s'installer.

La place des produits laitiers ? D'une façon générale, ils étaient diminués par rapport à la consommation lyonnaise de l'époque. Beaucoup moins de beurre, de laitages divers, sauf le fromage et les yaourts, conservés. Bref, pas interdits mais nettement limités. Pour les apports d'omégas 3, une margarine à base d'huile de type huile de Colza était fournie, l'huile d'Olive était recommandée. Donc pas ou peu de cuisine au beurre, ni à la crème fraiche. 

Années 2000 - 2010

Les travaux du Docteur Seignalet ont été repris dans des ouvages différents : notamment un témoignage et une analyse scientifique poussée par Mme Jacqueline Lagacé (Québec), et l'ouvrage de Jean-Marie Magnien, avec une également analyse très poussée, ainsi que de nouvelles pathologies décrites, et plusieurs précisions. Ces ouvrages, ainsi que ceux édités par les filles du Dr Seignalet, et plusieurs témoignages, ont largement relancé l'intérêt sur ce régime. Mais un intérêt toujours plus fort du côté des patients que du côté des médecins.

En parallèle, le Dr de Lorgeril, chercheur au CNRS, a continué ses travaux sur les liens nutrition et santé. Son dernier ouvrage "Le nouveau régime méditerranéen" est paru en 2015. Il y évoque la validation scientifique des bienfaits du régime méditerranéen, maintes fois confirmée par essais cliniques, recherches épidémiologiques, etc. depuis l'étude de Lyon. Ainsi que pour certaines personnes, selon leur pathologie, la nécessité de surveiller la tolérance, au gluten et aux produits laitiers. 

Pour des pathologies différentes, et par des méthodes différentes, ces scientifiques délivrent un message finalement assez simple :

- pour la population en général, et encore plus pour les personnes avec une maladie cardiovasculaire, il y a tout intérêt à adopter un régime de type méditerranéen, dans lequel les produits laitiers sont utilisés mais surtout sous forme de fromage et de yaourt, aliments qui se mangent en moyenne à la fin du repas, quand la faim n'est plus si forte. Donc en quantités limitées ;

- pour toutes les personnes atteintes de 91 pathologies, essayer pendant une durée suffisante (le Dr Seignalet conseillait un an au minimum) de supprimer, entres autres,  tous les produits laitiers. Le diabète de type 2 fait partie de ces pathologies, et dans certains cas le diabète de type 1 débutant (quand toutes les cellules de Langherans ne sont pas encore détruites). Voir les pages suivantes pour les diabètes : Page d'accueil ; Urgences dès le diagnostic ; DT 2 confirmation des bienfaits de la diète hypotoxique.

Inévitablement, vient la question des risques d'ostéoporose : le Dr Seignalet apportait des arguments biologiques très précis à ce sujet, démontrant que l'ostéoporose par carence de produits laitiers est un mythe. En 2007, comme le précise l'article du Monde, le journaliste Thierry Souccar publiait un livre intitulé "Lait, mensonges et propagandes" puis plus tard sur le "Mythe de l'ostéoporose".

D'autres arguments sur cette page : Carences ?

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau